Mon quartier au quotidien


Portrait. Les trésors cachés de Lucianne Wallace

Créa­trice dans l’âme, la Croix-Rous­sienne Lucianne Wallace invente toute une gamme de bijoux à partir de montres anciennes, mettant ainsi en valeur leurs méca­nismes cachés. Elle vient de lancer sa boutique en ligne, L’Ate­lier de Lulu.

Elle nous a donné rendez-vous sur la place de la Croix-Rousse. Malgré sa petite silhouette, Lucianne Wallace se repère de loin avec son look rock et ses grandes lunettes de soleil qui lui masque le visage. Musi­cienne et compo­si­trice — elle fait partie de deux groupes, lire ci-dessous — la tren­te­naire, vive et enjouée, s’est lancée il y a quelques années dans une nouvelle aven­ture : la confec­tion de bijoux.

Tout est parti d’un hasard. « J’aime chiner dans les brocantes, trou­ver des objets qui ont vécu, qui ont une histoire singu­lière. J’étais à la recherche d’un cadeau pour la chan­teuse de l’un de mes groupes. Je suis tombé sur un lot de montres cassées, et j’ai voulu en faire quelque chose », raconte-t-elle.

En trans­for­mant les rouages en parure, l’ar­tiste invente son concept. Séduite par l’idée, elle enchaîne les créa­tions à l’es­prit steam­punk, déve­loppe diffé­rentes tech­niques, avec toujours le même credo : démon­ter de vieilles montres desti­nées à être jetées pour donner une seconde vie à leurs méca­nismes.

De l’ombre à la lumière.

« Il y a toujours des surprises : je trouve parfois des inscrip­tions, des pièces uniques, explique-t-elle. Après avoir passé leur vie dans l’ombre, cachées au sein d’un tout pure­ment fonc­tion­nel, je veux leur donner une place de premier choix, qu’elles soient admi­rées simple­ment pour leur beauté, leur carac­tère et leur unicité. » Sédui­sant, le résul­tat se décline sous diffé­rentes formes : bagues, boucles d’oreille, brace­lets, bouton de manchette, etc. (comp­tez envi­ron 25 euros pour une bague, par exemple).

Après l’ou­ver­ture de sa boutique en ligne, Lucianne Wallace souhaite aller plus loin en créant ses propres supports en argent et en person­na­li­ser davan­tage ses inven­tions (incor­po­ra­tion de photos, gravu­re…).

« J’aime créer. J’en ai besoin…, confie-t-elle. Quand il y a de la matière, il faut que j’en fasse quelque chose. En fait, pour l’ins­tant, c’est le seul truc que je sais faire sur cette Terre. » Et rassu­rez-vous, elle le fait très bien.

Romain Desgrand

Bio express

34 ans. Profes­seur de guitare, Lucianne Wallace est aussi membre de deux groupes : The Foxy Ladies et Toxic Frogs. Elle a commencé à créer ses bijoux il y a envi­ron trois ans.

late­lier­de­lulu.fr

Face­book: late­lier­lulu

 

Spot favori

Cross­fit Croix-Rousse, 31 rue de Cuire (Lyon 4e) où elle s’en­traîne régu­liè­re­ment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *