Mon quartier au quotidien


Gilets jaunes. Plus de 500 mani­fes­tants défilent à la Croix-Rousse

Samedi 7 mars. La nuit vient tout juste de tomber. Des centaines de flammes s’é­lèvent et réchauffent le ciel de l’es­pla­nade du Gros Caillou. Après une première mani­fes­ta­tion en Presqu’île, ternie par de violents heurts, l’acte 69 de la mobi­li­sa­tion des Gilets jaunes s’é­tire sur le Plateau et les Pentes. Une première dans le quar­tier, qui avait jusqu’à présent simple­ment accueilli des regrou­pe­ments au rond-point de l’hô­pi­tal. Plus sereine malgré quelques débor­de­ments (poubelles et affiches de campagne muni­ci­pales brû­lées), la marche aux flam­beaux croix-rous­sienne entraîne le cortège (plus de 500 personnes) à travers diffé­rentes étapes, symboles des luttes portées par le mouve­ment.

École, hôpi­tal, SNCF.

« La Croix- Rousse n’est pas à vendre ! », hurle les mani­fes­tants en s’en­ga­geant rue de Belfort pour rejoindre l’é­cole Comman­dant-Arnaud. « Dans les écoles, le travail devient de plus en plus diffi­cile, notam­ment au niveau de l’ac­cueil des enfants. Nous avons des élèves très diffé­rents, parfois malades, sans abris ou en situa­tion de handi­cap. La mission d’ac­cueil n’est pas remplie. Et cela se réper­cute sur les condi­tions de travail des ensei­gnants, les missions sont multi­pliées : on devient psycho­logue, assis­tant social, etc. », explique un membre du syndi­cat CNT édu­ca­tion.

Prochaine halte : l’hô­pi­tal de la Croix-Rousse, récem­ment cham­bou­lé par un mouve­ment de grève. Au micro, une employée dénonce les manques de moyens et « la souf­france du person­nel ». Le cortège se dirige ensuite vers l’an­cienne boutique SNCF du boule­vard des Canuts, fermée en 2018, avant de rejoindre, côté 1er arron­dis­se­ment, l’ex-école des Beaux-Arts, un bâti­ment public qui pour­rait être vendu au projet d’un promo­teur privé. Aujourd’­hui en pause, le projet qui a engen­dré une vive polé­mique risque de peser dans les urnes du quar­tier lors du scru­tin muni­ci­pal de ce dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *