Mon quartier au quotidien


Muni­ci­pales. Droit de cité, la liste apoli­tique du 1er arron­dis­se­ment

C’est un peu un ovni dans le paysage de l’élec­tion muni­ci­pale lyon­naise. Le cas est, quoi qu’il en soit, unique sur la colline de la Croix-Rousse et, plus large­ment, dans l’en­semble des neufs arron­dis­se­ments. À Lyon 1er, plusieurs habi­tants se sont rassem­blés pour lancer une liste citoyenne stricto sensu. Comprendre : sans appui ou affi­lia­tion à aucun parti poli­tique. Avec son slogan « les habi­tants s’en­gagent », la liste nommée Droit de Cité se compose de treize citoyens du 1er et d’un du 7e. Objec­tif : rempor­ter la mairie de la place Satho­nay. 

 

Une approche 100% quar­tier

En tête figure Bruno Dalmais (photo). Le candi­dat au poste de maire a présidé pendant plusieurs années le conseil de quar­tier Ouest de Pentes et était présent sur la liste d’EELV dans le 1er en 2014.

« Cette fois-ci, l’idée est de repar­tir sur une autre base en ayant une approche ciblée sur le quar­tier et non sur l’en­semble de la ville », souligne-t-il. Le mouve­ment est d’ailleurs unique­ment repré­senté à Lyon 1er et n’af­fiche aucune ambi­tion pour la mairie centrale, contrai­re­ment aux listes concur­rentes. 

Côté programme, plusieurs grands axes sont iden­ti­fiés (mobi­lité, anima­tion du quar­tier, etc.) avec, en mesure phare, le recours à des réfé­ren­dums d’ar­ron­dis­se­ment sur diffé­rents projets, comme l’ave­nir de l’Ex-école des Beaux-Arts. 

 

« Porter la parole des habi­tants »

« L’idée est d’ins­tau­rer une démo­cra­tie plus directe », souligne la psycho­logue et psycha­na­lyste Chris­tine Leprince (photo) qui figure en deuxième posi­tion sur la liste. Concrè­te­ment, ces réfé­ren­dums s’ac­com­pa­gne­raient de débats entre habi­tants, élus et porteurs de projet avant le vote sur la base de la liste élec­to­rale et la mise en appli­ca­tion du résul­tat. Pour les dossiers qui dépassent les compé­tences de l’ar­ron­dis­se­ment, l’in­té­rêt serait de « porter la parole des habi­tants » auprès du maire de Lyon. « On est là pour réflé­chir à un nouveau proces­sus, pour porter une envie de parti­ci­pa­tion et sortir de la confron­ta­tion pour aller vers la péda­go­gie », complète Chris­tine Leprince. 

Autres idées : déve­lop­per une approche « d’éco­lo­gie inté­grale » en repen­sant le rapport à l’en­vi­ron­ne­ment au sens large (jardin à l’angle rue Bon-Pasteur et montée Allouche, maison des services publics, plus de rupture dans les parcours vélos et piétons, etc.) ou encore créer un pôle d’ex­cel­lence numé­rique dans un lieu histo­rique de l’ar­ron­dis­se­ment pour aider les jeunes créa­teurs d’en­tre­prise et favo­ri­ser l’échange de pratiques. 

À quelques jours du scru­tin, l’enjeu pour l’équipe sans étiquette est désor­mais de tenter de se faire connaître auprès des élec­teurs. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *