Mon quartier au quotidien


Muni­ci­pales. André Gachet veut une « iden­tité forte » pour la mairie du 1er arron­dis­se­ment

Alors que la Gauche Unie peine à décol­ler dans les sondages des élec­tions muni­ci­pales, les têtes de liste des arron­dis­se­ments tentent de ravi­ver la flamme avant le premier tour, ce dimanche 15 mars. 

« Réel » contre « promesses vagues »

Côté 1er, le candi­dat André Gachet (lire ici) a récem­ment pris la plume pour compo­ser une lettre « d’en­ga­ge­ment réel et quoti­dien ». Diffusé sur la Toile, le texte dévoile plusieurs propo­si­tions. Des mesures qu’il oppose aux « promesses vagues, même si géné­reuses » de certaines listes. « Nous ne nous pose­rons pas en héros-héroïnes, ni en victimes avec pour seul label les enga­ge­ments éphé­mères servis par une oppo­si­tion systé­ma­tique et souvent stérile », écrit-il.

Dans le viseur : ses prin­ci­paux concur­rents. À commen­cer par Natha­lie Perrin-Gilbert (Lyon en commun, lire ici), maire sortante et cheffe de la majo­rité dont le candi­dat fait encore partie. Dans ses lignes, André Gachet cible d’ailleurs direc­te­ment l’élue en évoquant le mandat qui s’achève : « Les pratiques d’un vieux monde ont vite bridé nos aspi­ra­tions à un chan­ge­ment nova­teur »

Les écolo­gistes (Sylvain Godi­not, lire ici), qui ambi­tionnent de plan­ter 1000 arbres dans l’ar­ron­dis­se­ment, sont aussi des concur­rents de taille dans le quar­tier pour la Gauche Unie.

 

Renfor­cer l’im­pli­ca­tion des habi­tants 

Pour se démarquer, André Gachet a annoncé, dès le début de la course, vouloir mener une campagne axée sur l’ar­ron­dis­se­ment et ses préro­ga­tives, somme toute limi­tées. Après des rencontres théma­tiques animées par les colis­tiers de la liste Vivons Vrai­ment Lyon – La Gauche Unie, plusieurs idées d’ac­tions locales sont posées sur la table. « Une mairie d’ar­ron­dis­se­ment n’est pas une mairie de pleins pouvoirs, il faut qu’elle ait une iden­tité forte pour fonc­tion­ner en lien avec les habi­tants », estime la tête de liste.

Parmi les propo­si­tions : renfor­cer l’im­pli­ca­tion des citoyens dans la vie du quar­tier en les invi­tant à deve­nir « ambas­sa­deurs d’in­for­ma­tions » pour diffu­ser bonnes pratiques et conseils. La méthode pour­rait notam­ment être mise en œuvre pour lutter contre les passoires ther­miques. Objec­tif : accom­pa­gner les habi­tants (réunion, forma­tion, etc.) dans leur mise en confor­mité avec la loi qui fixe un délais à 2028.

 

Des points communs avec l’ad­ver­saire

Dans l’op­tique de « rappro­cher la vie admi­nis­tra­tive de la vie réelle », La Gauche Unie imagine, en mairie du 1er, des Services communs de proxi­mité pour infor­mer les habi­tants sur leurs droits (culture, loisirs, trans­port, etc.) et les aider à se repé­rer dans les méandres de l’ad­mi­nis­tra­tion. 

Autre idée : lancer des appels à projets pour faire naître diffé­rentes initia­tives (jardin partagé, compos­tage, etc.) au sein des espaces verts du quar­tier.

L’équipe veut aussi mettre en place un Conseil de Nuits pour lutter contre les nuisances sonores en rassem­blant diffé­rents acteurs (habi­tants, élus, commerçants, profes­sion­nels de la santé…). Une mesure que l’on retrouve égale­ment dans le programme de Lyon en commun sous forme d’As­sises de la vie nocturne. Malgré leurs diffé­rends, les deux listes se rejoignent sur plusieurs points à l’image de la lutte contre la vacance des loge­ments et des bâti­ments. 

Reste à savoir si la gauche parvien­dra, enfin, à vrai­ment s’unir pour le second tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *