Mon quartier au quotidien


Muni­ci­pales. « Nous voulons créer une démo­cra­tie ouvrière à l’échelle de l’ar­ron­dis­se­ment »

 

Présent dans six arron­dis­se­ments lyon­nais pour les élec­tions muni­ci­pales, le parti Lutte ouvrière propose deux listes croix-rous­siennes avec, en candi­dats, Chan­tal Helly pour Lyon 1er et Charly Champ­mar­tin pour Lyon 4e. 

 

« Nous nous présen­tons pour porter la voix des travailleurs, faire entendre qu’ils n’ont pas d’autres choix que de se battre pour mener à bien leurs combats (amélio­ra­tion des condi­tions de travail, plus de moyens, augmen­ta­tion des salaires, etc). Si nous étions élus, nous serions le relais de leur mobi­li­sa­tion », explique Charly Champ­mar­tin qui cite l’exemple du récent mouve­ment de grève à l’hô­pi­tal de la Croix-Rousse. 

En plus d’ai­der les travailleurs dans leurs luttes, par exemple par la mise en dispo­si­tion de locaux, le parti ouvrier veut réqui­si­tion­ner les loge­ments vides et se battre contre les expul­sions loca­tives et les coupures d’élec­tri­cité pour non-paie­ment de facture. 

 

Revoir les modes de finan­ce­ment

En matière d’éco­lo­gie, thème central de cette campagne, les deux candi­dats ne s’op­posent pas à la végé­ta­li­sa­tion mais se montrent prudents. « La planète est en train de cramer et on nous explique où l’on doit plan­ter un hibis­cus et un géra­nium dans la ville. Cela nous fait rire ! », ironise Charly Champ­­mar­­tin qui est égale­ment tête de liste aux élec­tions métro­po­li­taines sur la circons­crip­tion Lyon Centre (1er, 2e, 4e). « Il faut impo­ser des mesures pour que les grandes entre­prises réduisent leur taux de pollu­tion ».

Autre credo : revoir les modes de finan­ce­ments, en allant cher­cher l’argent auprès du « grand patro­nat » et des entre­prises notam­ment pour finan­cer la gratuité des trans­ports. 

 

Prépa­rer la grève

Mais pas de mesures concrètes dédiées aux deux arron­dis­se­ments.  « Le programme est le même dans l’en­semble des communes où nous sommes présents, explique Chan­tal Helly. Nous voulons créer une démo­cra­tie ouvrière à l’échelle de l’ar­ron­dis­se­ment ».

Et Charly Champ­mar­tin de conclure : « Avec cette campagne, on veut prépa­rer les gens au fait que nous n’au­rons pas le choix : il faudra faire des grèves géné­rales pour faire comprendre aux donneurs d’ordres que nous n’ac­cep­te­rons plus de se serrer la cein­ture et d’avoir moins de moyens pour travailler. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *