Mon quartier au quotidien


Le Bara­baar va rempla­cer l’em­blé­ma­tique restau­rant Le Montana

Son nom était devenu mythique sur la colline. L’an­nonce de la ferme­ture du bar-restau­rant Le Montana, perché sur l’es­pla­nade de la Grande-Côte, s’est accom­pa­gné d’une douce nostal­gie à l’au­tomne dernier, comme si une page de l’his­toire croix-rous­sienne se tour­nait. Trente-huit ans de service, ce n’est pas rien. Partant en retraite, le proprié­taire Ali Gaoua lais­sait ainsi un vide à cet empla­ce­ment idyl­lique, posé à la fron­tière entre le 1er et le 4e arron­dis­se­ments et réputé pour sa belle terrasse avec vue sur la ville.

Qu’on se rassure : l’éta­blis­se­ment ne sera pas resté long­temps sans vie. Les gérants du Bara­baar, bar à bières situé boule­vard des Brot­teaux (Lyon 6e), ont, en effet, racheté les murs pour ouvrir un deuxième modèle de leur concept créé en 2018.

« En passant par la montée de la Grande-Côte, notre fils qui est égale­ment notre asso­cié, avait trouvé le lieu idéal pour ouvrir un deuxième Bara­baar », raconte la gérante Chris­tine Di Litta. Coup de chance : en allant à la rencontre de l’an­cien patron, ils apprennent que l’éta­blis­se­ment est à vendre et sautent sur l’oc­ca­sion.

Carte blanche.

Mais il faudra être un peu patient pour décou­vrir cette nouvelle adresse. Avant son ouver­ture espé­rée pour avril, le lieu va être repensé de A à Z pour recréer l’es­prit street et indus­triel du concept.

Cerise sur le gâteau, pour appor­ter une touche croix-rous­sienne et rappe­ler les esca­liers peints dans les Pentes (rue Prunelle et passage Mermet), la nouvelle équipe a fait appel à Lucas Beau­fort, artiste peintre à la renom­mée inter­na­tio­nale, pour déco­rer les marches qui mènent à la mezza­nine.

« Nous faisons entiè­re­ment confiance en sa créa­ti­vité et lui lais­sons carte blanche. Tout ce qu’il touche devient une œuvre d’art », se réjouit Chris­tine Di Litta.

Côté carte, le nouveau bar propo­sera une « restau­ra­tion simple » le midi (pizzas, salades, burgers, etc.). À partir de 17 h, le service se fera direc­te­ment au comp­toir avec, en plus des bières et d’autres breu­vages, de quoi grigno­ter (planches, nems, desserts, etc.)

À noter que, comme son grand frère des Brot­teaux, le Bara­baar croix-rous­sien sera ouvert tous les jours de 9 h à 1 h du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *