Mon quartier au quotidien


Alexandre Cheva­lier veut être « le premier maire de gauche de la Croix-Rousse »

Alexandre Cheva­lier aime les symboles. Après avoir annoncé sa candi­da­ture pour la mairie du 4e dans Tribune de Lyon la veille de Noël (lire ici) – « ce n’était pas un cadeau pour tout le monde », plai­sante-t-il –, la tête de la liste Lyon en commun, portée par Natha­lie Perrin-Gilbert pour l’Hô­tel de Ville, a levé le voile sur ses colis­tiers et son programme le jour de la Saint-Valen­tin. « Certains trouvent cela un peu gnan­gnan de parler d’amour, mais nous, on est très amou­reux de notre quar­tier », sourit-il. Derrière ce « nous » se trouvent les quinze candi­dats de la liste, dont la grande majo­rité fait ses premiers pas en poli­tique.

 

Une maison des artistes

Parmi les mesures qui les démarquent de leurs concur­rents : le gel des projets de construc­tions pour stop­per «  la vente du quar­tier aux promo­teurs ».« On remet­tra sur la table l’en­semble des projets en cours pour les redis­cu­ter avec les citoyens pour peut-être les modi­fier, voire les arrê­ter », précise Loïc Rigaud, résident du tout nouvel habi­tat coopé­ra­tif de la rue Philippe de Lassalle et numéro trois sur la liste. Toujours dans le même esprit, l’équipe veut créer un droit de préemp­tion citoyen pour permettre aux habi­tants de propo­ser des projets alter­na­tifs.

Autres idées : la créa­tion d’une Maison des artistes, lieu ressource pour favo­ri­ser la créa­tion, ou encore le soutien à l’im­plan­ta­tion d’une épice­rie coopé­ra­tive à l’image du super­mar­ché Demain dans le 7e arron­dis­se­ment de Lyon. « Je souhaite proté­ger ce que l’on veut aujourd’­hui chan­ger : les commerçants indé­pen­dants, les artistes, les margi­naux, les migrants, etc.  », résume Alexandre Cheva­lier. Et de conclure « Je veux être le premier maire de gauche de la Croix-Rousse. » La majo­rité sortante appré­ciera.

 

En photo : La liste Lyon en commun du 4e arron­dis­se­ment est majo­ri­tai­re­ment compo­sée de person­na­li­tés issues de la socié­té civile, jamais enga­gées en poli­tique. On retrouve, par exemple, Guillaume Lloret de l’as­so­cia­tion Agend’Arts et Nadège Borron de l’as­so­cia­tion Funi­bus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *