Mon quartier au quotidien


La pop ryth­mée et entê­tante de Noem

La chan­teuse croix-rous­sienne vient de sortir le single Complè­te­ment fou. Un titre dansant et colo­ré, à son image, avec lequel elle espère se propul­ser sur la scène natio­nale. Rencontre.

Elle arrive avec quelques minutes de retard et s’ex­cuse d’être dans le brouillard. Noem a passé une partie de la nuit en studio. La jeune femme à la cheve­lure flam­boyante fina­lise son album, qu’elle compte dévoi­ler d’ici quelques mois.

Emmi­tou­flée dans son manteau mili­taire à la four­rure rose pétant qu’elle n’en­lè­vera pas, elle se pose à une table du café Fiko, l’un de ses repaires croix-rous­siens pré­fé­rés. « Souvent, je m’ins­talle ici et j’ob­serve les gens. Ça m’ins­pire », glisse-t-elle d’un timbre bercé par un léger accent enso­leillé, témoin de ses racines drô­moises.

Même engour­die, Noem — pseudo choisi en réfé­rence au pré­nom de son aïeule armé­nienne — rayonne d’une éner­gie débor­dante. Une «  vraie pile », assure celle qui vient tout juste de mettre en orbite son dernier titre Complè­te­ment fou accom­pa­gné du clip signé Arnaud Mizzon, réa­li­sa­teur lyon­nais. Son morceau entê­tant, dans lequel elle raconte l’ivresse de l’idylle nais­sante avec une fille, l’amè­nera, elle l’es­père, à s’im­po­ser sur les ondes des radios natio­nales et à se faire un nom sur la scène française.

Parler à l’es­prit.

Si l’ar­tiste semble avoir trou­vé son univers, elle a long­temps navi­gué, du rock au reggae­ton en passant par l’é­lec­tro, pour fina­le­ment s’orien­ter vers une pop dansante et acidu­lée.

« Je pense que ma musique me repré­sente et reflète ma person­na­li­té », pose-t-elle, se décri­vant comme bien­veillante, ouverte d’es­prit et… un brin exubé­rante. Noem qui écrit ses textes assises près du Gros Caillou n’en est pas à son coup d’es­sai.

Sa rencontre avec Dout­son — auteur-compo­si­teur-inter­prète qui a notam­ment colla­bo­ré avec Clau­dio Capéo et M. Pokora — lui a déjà permis de sortir Même si et Si je pouvais (Label Sony), deux titres aux sono­ri­tés tota­le­ment diffé­rentes. « Il m’a pris sous son aile, raconte-t-elle. Aujourd’­hui, il cocom­pose et coé­crit avec moi ».

Début 2020 marque pour la chan­teuse l’aube d’un nouveau départ : direc­tion artis­tique repen­sée, style ajus­té. Une autre version d’elle-même, plus fun et déjan­tée, même si l’en­vie, à l’in­té­rieur, reste la même. « Pour moi, c’est inné. La musique parle à l’es­prit, le nour­rit. Elle peut gué­rir les âmes. »

Romain Desgrand

 

Bio express

26 ans. Origi­naire de la Drôme provençale. Noem a monté le groupe Rêve Rock avec des amies au collège avant de s’es­sayer à l’é­lec­tro et au reggae­ton. À 22 ans, elle rencontre le chan­teur et compo­si­teur Dout­son qui lance réel­le­ment sa carrière. Elle vit
à la Croix-Rousse depuis quatre ans.

insta­gram.com/noem_offi­ciel

Spots favo­ris

Fiko (5 rue de Belfort, Lyon 4e), Le Petit Troquet (13 rue d’Aus­ter­litz, Lyon 4e ) et Shop in live The Store (11 rue d’Aus­ter­litz, Lyon 4e).

Photo : Credit Najat Ben Si Hamou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *