Mon quartier au quotidien


La palette chatoyante de Céline Duvarry

Dans son atelier-gale­rie La Pointe rouge, Céline Duvarry expose en perma­nence ses pein­tures florales et ses portraits colo­rés. Elle enseigne éga­le­ment son art à travers des ateliers collec­tifs.

« L’exo­tisme, c’est récur­rent chez moi. Même quand j’é­tais étu­diante, je dessi­nais des espaces natu­rels », constate Céline Duvarry en reve­nant sur sa carrière d’ar­tiste-peintre. La Croix-Rous­sienne d’adop­tion au chignon agré­men­té de fils colo­rés, se dévoile à travers ses pein­tures vives, expo­sées dans son atelier-gale­rie de la rue d’Ivry. Des fleurs majes­tueuses, des herbes hautes ou encore des arbres aux formes variées se dessinent sur la plupart de ses tableaux. « J’ai beau­coup travaillé la thé­ma­tique de l’arbre, confirme cette ancienne des Beaux-arts. J’ai toujours créé en série : quand j’ai un thème, je le décline. »

La peintre collec­tionne les carnets de recherche. « J’y note mes idées, j’é­la­bore des croquis, comme Picasso », sourit Céline Duvarry en dési­gnant un portrait de l’ar­tiste espa­gnol, accro­ché à l’un de ses murs.

Faire vibrer la couleur.

En face de « cet homme extra­or­di­naire », une autre figure majeure de la pein­ture : Frida Kahlo. La Mexi­caine est peinte sur un fond rose, avec un singe sur son épaule et des sque­lettes suspen­dus. « Je l’ai mise scène dans son univers, que j’ai revi­si­té. C’est une femme carac­té­ri­sée par la souf­france, d’où les symboles de la mort », explique l’ar­tiste, dont les yeux pétillent dès qu’elle évoque ses sujets de pré­di­lec­tion.

Elle trans­met sa passion à ses élèves, dont elle souhaite éveiller la créa­ti­vi­té. « L’im­por­tant c’est que les gens s’ex­priment, qu’ils soient dans la créa­tion. Je leur fais surtout comprendre que le métier du peintre, c’est faire vibrer la couleur », détaille celle qui a plus de 35 ans de pinceau et ne compte pas s’ar­rê­ter de sitôt. Aujourd’­hui, la peintre veut pour­suivre une série d’œuvres en grands formats, et se trouve à l’é­troit dans son atelier où la mezza­nine et les murs sont bien remplis. « Mon rêve serait de trou­ver un petit pied-à-terre à la campagne, proche de Lyon, où j’ai de l’es­pace pour travailler, entou­rée de mes tableaux. »

Juliette Barot

La Pointe rouge, 23 bis rue d’Ivry (Lyon 4e). Expo­si­tion perma­nente et ateliers toute l’an­née. Expo­si­tion des œuvres des ateliers à partir du 15 juin 2020. lapoin­te­rouge.fr

Bio express

58 ans.

Origi­naire de l’Ouest de la France, Céline Duvarry a commen­cé sa vie profes­sion­nelle en tant qu’é­ta­la­giste, après un bac litté­raire. Passion­née de pein­ture, elle s’est formée aux Beaux-arts de Mont­pel­lier et de Lyon. Vivant à la Croix-Rousse depuis trente ans, elle a ouvert son atelier- gale­rie La Pointe rouge en 1998. Depuis 2008, elle dispense des cours de pein­ture et de dessins.

Spot favori

L’Oi­seau sur sa branche, 18 rue de Cuire (Lyon 4e ).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *