Mon quartier au quotidien


Faut-il piéton­ni­ser le centre de la Croix-Rousse ?

L’idée est dans l’air du temps et fait aussi son chemin sur le Plateau. À l’ap­proche des élec­tions muni­ci­pales plusieurs mouve­ments poli­tiques proposent de rendre piétonnes certaines rues de la Croix-Rousse, en lien avec la Ville et la Métro­pole.

« On se penche sur la ques­tion dans chaque arron­dis­se­ment et, pour le 4e, le secteur ciblé serait plutôt autour de la place de la Croix-Rousse, explique Rémi Zinck (EELV), qui a été dési­gné candi­dat à la mairie du 4e la semaine dernière (lire ici). Quand la Grande rue de la Croix-Rousse était en chan­tier cet été, on a vu que c’était possible et qu’il y avait un réel impact notam­ment sur la pollu­tion sonore ».

Chef de file Modem dans l’ar­ron­dis­se­ment, Jean-Paul Berne, qui n’est pour l’ins­tant pas candi­dat, met lui aussi le dossier sur la table en imagi­nant une expé­ri­men­ta­tion pour fermer la Grande rue de la Croix-Rousse à la circu­la­tion un samedi par mois.

Une baisse « immonde » du chiffre d’af­faire. 

De son côté, l’équipe sortante, qui n’est pas encore offi­ciel­le­ment lancée dans la campagne pour les muni­ci­pales, pour­rait elle aussi envi­sa­ger des tests, comme ce fut le cas derniè­re­ment en Presqu’île, en gardant ouvert le champ des options : semi-piéto­ni­sa­tion, espace partagé, piéton­ni­sa­tion perma­nente.

« Nous avons déjà évoqué des zones poten­tielles, dans le centre de l’ar­ron­dis­se­ment, mais pas seule­ment. Le quar­tier Pernon, par exemple, pour­rait aussi être concerné », confie un proche du maire David Kimel­feld

Mais le sujet est loin de faire l’una­ni­mité, surtout auprès des commerçants qui grognent déjà contre la récente réduc­tions des places de station­ne­ment sur la Petite Place de la Croix-Rousse alors qu’en paral­lèle des habi­tants étaient favo­rables à une suppres­sion totale des auto­mo­biles. La preuve : « Piéton­ni­ser entraî­ne­rait une baisse du chiffre d’af­faire immonde, estime une commerçante implan­tée depuis de nombreuses années dans le centre croix-rous­sien. Notre clien­tèle vient aussi de Caluire ou encore des Monts d’Or, sans parler des personnes âgées qui ne vont pas se dépla­cer en vélo ou en moto. C’est encore une histoire de bobos-pari­gots qui ne veulent que du gazon. » Le sujet n’a pas fini de faire débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *