Mon quartier au quotidien


Anne Pellet lance sa campagne pour gagner la mairie du 4e

C’est, à ce jour, la seule candi­date offi­ciel­le­ment décla­rée pour les élec­tions muni­ci­pales dans le 4e arron­dis­se­ment. Tête de liste d’É­tienne Blanc (Les Répu­bli­cains) à la Croix-Rousse, Anne Pellet commence sa campagne en prenant un peu d’avance face à ses futurs adver­saires. Ex-Modem, celle qui est déjà conseillère régio­nale dans la majo­ri­té de Laurent Wauquiez n’ar­bore aujourd’­hui aucune étiquette. « Je reste profon­dé­ment centriste. Je ne cherche pas de chapelle poli­tique », explique celle qui est atta­chée aux « valeurs huma­nistes, sociales-libé­rales et euro­péennes. »

Mais pourquoi la Croix-Rousse ? « Je connais le quar­tier par cœur », assure la candi­date qui y a vécu 20 ans avant de quit­ter la colline à cause du coût du loge­ment. « Beau­coup de gens me disent qu’ils ne peuvent plus rester ici. Je ne veux pas être la maire d’un arron­dis­se­ment à 7 000 euros le m2 », pré­cise-t-elle, consciente toute­fois que la problé­ma­tique se règle à une toute autre échelle.

Vidéo surveillance et remonte vélo.

En plus de ne pas vivre sur place, Anne Pellet doit contrer un réel défi­cit de noto­rié­té. Elle parcourt ainsi le Plateau à la rencontre des habi­tants et des acteurs du quar­tier. «  Je pensais que les gens me parle­raient immé­dia­te­ment d’en­vi­ron­ne­ment. Mais ce qui vient en premier ce sont les inci­vi­li­tés, la sécu­ri­té, les problèmes de station­ne­ment et ensuite la quali­té de vie et des écoles. En termes d’in­ci­vi­li­té, il y a une vraie exas­pé­ra­tion qui génère du stress. Éton­nam­ment, l’ar­ron­dis­se­ment n’a pas de vidéo surveillance. Cela manque cruel­le­ment. Il y a des auto­mo­bi­listes qui stationnent dans des coins tranquilles et qui font du trafic de drogue », lâche Anne Pellet qui n’hé­site pas à tacler David Kimel­feld, l’ac­tuel maire du 4e et pré­sident de la Métro­pole, évoquant par exemple une « mauvaise gestion » du squat Maurice-Scève.

Autres idées : initier une réflexion sur la durée de la Vogue des Marrons, relan­cer le débat sur l’ins­tal­la­tion d’un « remonte vélo » et végé­ta­li­ser la place des Tapis, « un four horri­ble­ment miné­ral ». La tête de liste envi­sage aussi de valo­ri­ser le Gros Caillou (socle, rappel histo­rique). Un projet symbo­lique qu’il faudrait mener en concer­ta­tion avec la mairie du 1er, l’em­blème étant situé… dans l’ar­ron­dis­se­ment voisin.

Romain Desgrand

 

Bio express

56 ans. Anne Pellet a mili­té à l’UDF puis au MoDem. Élue conseillère régio­nale de la Métro­pole de Lyon en 2015, elle a été suspen­due du MoDem après avoir rejoint Étienne Blanc. Mère de quatre enfants, elle cogère une entre­prise avec son mari dans le domaine de l’in­no­va­tion et de la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *