Mon quartier au quotidien


L’Es­pace 44 sur la sellette

« Combien de temps pour­rons-nous encore être présents dans le paysage cultu­rel lyon­nais ? ». La semaine dernière l’équipe de l’Es­pace 44, théâtre situé rue Burdeau, a lancé un cri d’alerte. Alors que le public est en progres­sion depuis plusieurs années (7615 spec­ta­teurs la saison dernière), les gestion­naires doivent à nouveau faire face à chute des aides pour le finan­ce­ment de leur emploi. En 2018, le direc­teur André Sanfra­­tello (en photo) s’était déjà vive­ment inquiété dans nos colonnes du gel brutal des emplois aidés (lire ici).

Cette fois-ci, « l’em­ploi PEC (ex-contrat aidé, NDLR) que nous avions réussi à obte­nir l’an dernier, ne sera pas renou­velé comme cela était prévu, sous le prétexte que Paris a fermé le robi­net des aides », explique l’équipe. Même topo pour le service civique. Depuis début octobre, l’ef­fec­tif est ainsi réduit à deux personnes, contre quatre en septembre 2018. Une mission « presque impos­sible » pour assu­rer la gestion des 43 spec­tacles program­més (voir ici). « On est pris dans un cercle vicieux, on ne sait pas comment finir la saison », nous confie André Sanfra­­tello qui a bien demandé l’aide de la Ville et de la Préfec­ture. Sans succès.

« Ce serait dommage de s’ar­rê­ter en pleine saison et de plan­ter les compa­gnies qui nous ont fait confiance. Nous allons certai­ne­ment lancer un appel aux dons pour main­te­nir le cap. Mais on ne sait pas on pourra faire une autre saison l’an­née prochaine. On vit au jour le jour. »

R.D.

2 commentaires

  1. Je propose que chaque compagnie programmée à l’ESPACE 44, fasse une représentation supplémentaire où la totalité de la recette puisse être dévolue au théâtre, sous forme de don,
    Si nous, les artistes, ne sommes pas capables d’être solidaires avec les structures culturelles notre art sera définitivement éliminé par un gouvernement incompetent et des élus locaux soucieux uniquement de leur fauteuil.
    Par ailleurs ma Compagnie fera circuler “le chapeau” à la fin de chaque représentation. Le produit sera remis au théâtre.
    Enfin j’espère qu’on se souviendra de tout ça lors des elections. Moi, j’ai la conscience tranquille : je n’ai pas voté pour ces gens !

  2. Christophe Doyen says:

    C’est vraiment dommage ! Il ne faut pas que ce théâtre connu et reconnu par tant de monde ferme un jour. Si l’état ne peut/veut plus aider, alors c’est à la municipalité de sauver ce théâtre emblématique des pentes de la Croix-Rousse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *