Mon quartier au quotidien


Petite place de la Croix-Rousse : début des travaux en novembre

« C’est une nouvelle page que l’on écrit. Il y aura sans doute d’autres chapitres dans les prochaines années ». Ainsi David Kimel­feld, maire du 4e et président de la Métro­pole a ouvert, mercredi soir, la réunion publique dédiée à la Petite place de la Croix-Rousse. Une année après la concer­ta­tion qui a permis de tester de poten­tiels nouveaux aména­ge­ments gran­deur nature, le projet a enfin été dévoilé.

Sans surprise,  il n’y aura pas de grande révo­lu­tion. Les travaux commen­ce­ront mi-novembre, juste après la vogue, pour une durée de trois mois (pertur­ba­tions à prévoir avec ferme­ture de la circu­la­tion sur la place au niveau de la Grande rue de la Croix-Rousse pendant envi­ron 1 mois et demi et impact de deux à trois jours).

In fine, la réali­sa­tion devrait permettre de sécu­ri­ser le chemi­ne­ment piéton entre la place de la Croix-Rousse et la « petite place » via un plateau traver­sant et de nouveaux marquages. Un trot­toir sera égale­ment créé côté Grande rue de la Croix-Rousse (photo). Autre nouveauté : le dépla­ce­ment des toilettes publiques, l’ins­tal­la­tion d’ar­ceaux vélo et moto, le renfor­ce­ment de la végé­ta­li­sa­tion, l’ins­tal­la­tion d’as­sises aux pieds des arbres ou encore d’un panneau lumi­neux indiquant le nombre de place dispo­nible au parking du Gros Caillou. 

Manque de courage ou péda­go­gie ?

Point sensible du dossier : envi­ron 18 places de station­ne­ments dispa­raî­tront dans cette nouvelle orga­ni­sa­tion. Déjà trop pour certains commerçants qui grincent des dents et dénoncent le timing des travaux. « En plein pendant les fêtes de fin d’an­née. Une héré­sie ! », s’étrangle la gérante d’un commerce.

Mais, comme pendant la concer­ta­tion, le sujet divise.  Certains rive­rains et membres des conseils de quar­tier regrettent clai­re­ment un arbi­trage mi-figue mi-raisin et un manque d’am­bi­tion de l’exé­cu­tif. « En tant qu’ha­bi­tant.e.s, on avait rêvé d’avoir un place beau­coup plus apai­sée au niveau du station­ne­ment et d’avoir une emprise beau­coup plus impor­tante pour le piétons », témoigne une Croix-Rous­sienne. Même son de cloche pour François Vida­lin, président du Conseil de quar­tier Centre pour qui réduire la place de la voiture va dans « le sens de l’his­toire. Pourquoi ne pas faire plus main­te­nant ? ».

Réponse du maire-président qui se dit « ni un ennemi, ni un ami » de la voiture : « L’idée est aussi de faire de la péda­go­gie et pas seule­ment d’ap­pliquer des grands prin­cipes de partout. Je consi­dère que sur ce lieu là, il faut aller plus douce­ment que sur le cours d’Her­bou­ville ou sur la place des Tapis, en lais­sant la place à l’évo­lu­tion. » Car le projet pour­rait compor­ter une phase 2 (lire ci-dessous) qui prévoit d’al­ler plus loin en enle­vant la moitié du station­ne­ment exis­tant aujourd’­hui. 

Afin de réali­ser ces travaux le budget initial (300 000 euros pour études, concer­ta­tion…) vient d’être complété par une enve­loppe de 250 000 euros. Quant au marché du soir, il est toujours à l’étude au sein des services de la Ville de Lyon. 

Romain Desgrand

 

Bien­tôt une phase 2 ?

« Nous avons des contin­gences finan­cières, nous ne pouvons pas tout réali­ser d’un coup. Ce projet trou­vera un prolon­ge­ment la prochaine manda­ture », a souli­gné Michel Le Faou, vice-président de la Métro­pole (urba­nisme)

Théo­rique, le second chapitre du réamé­na­ge­ment de la place prévoit notam­ment un nouveau revê­te­ment pour le coeur de la petite place, une réor­ga­ni­sa­tion de la partie nord (station vélo, silo à verre etc.), créa­tion d’un trot­toir rue du Mail le long des arbres. 

L’évo­lu­tion du projet dépen­dra de qui sera aux commandes après les élec­tions muni­ci­pales et métro­po­li­taines de mars 2020. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *