Mon quartier au quotidien


Robert Croix-Rousse, le nouveau restau­rant hybride du Plateau

Comment quali­fier ce tout nouvel établis­se­ment du boule­vard de la Croix-Rousse ? Un restau­rant, un trai­teur, un pâtis­sier, un char­cu­tier ou un salon de thé ? Réponse : un peu tout à la fois. Les deux Croix-Rous­siens Nico­las Pétri et Pierre Guillou viennent tout juste d’ou­vrir Robert à deux pas du Clos Jouve. Les asso­ciés n’en sont pas à leur première affaire puisque Pierre Guillou a tenu pendant sept ans le restau­rant Chez Moi (Lyon 6e) tandis que le trai­teur Nico­las Pétri gère Tête de Canut rue Victor Fort, sur le Plateau. 

Leur nouveau défi se révèle de taille : Robert Croix-Rousse vient « rempla­cer » le pâtis­sier Roland Facchin qui a marqué toute une géné­ra­tion de bambins avec ses made­leines et ses pavlo­­vas. Mais, comme vous l’au­rez compris, pas ques­tion pour autant de dupliquer le modèle. 

« Après avoir vendu mon restau­rant, j’ai pris le temps de réflé­chir à ce que j’al­lais faire sachant que je ne voulais pas à nouveau créer un restau­rant tradi­tion­nel », raconte Pierre Guillou qui colla­bo­rait déjà avec Nico­las Pétri dans son ancien établis­se­ment. Coup de bol : au même moment, le trai­teur voulait lui aussi monter une nouvelle affaire. « Nous avons réflé­chi à l’éla­bo­ra­tion d’un projet qui pour­rait englo­be­rait nos deux aspi­ra­tions et nous sommes parve­nus à cette solu­tion hybride »

Cuisi­nier et pâtis­sier à demeure.

Le résul­tat est assez inha­bi­tuel dans le paysage de la gastro­no­mie lyon­naise.  Ici, vous pour­rez déni­cher des plats à empor­ter (8 euros) concoc­tés par Tête de Canut (tajine de poulet aux olives, sole roulée et pois gour­mands, etc.), une sélec­tion de char­cu­te­rie (saucis­son sec à la truffe, speck, jambon, etc.) et de fromages. « Il est égale­ment possible de venir se poser pour boire un café et dégus­ter une pâtis­se­rie ». De midi à 14h, Robert Croix-Rousse passe en mode restau­rant avec des plats du jour à 12 euros (veau à la provençale et rata­touille, tartare de saumon, etc.).

Autre temps fort : le brunch du week-end. Le concept est simple mais sédui­sant puisqu’il permet de compo­ser sa propre assiette parmi une copieuse série de mets sucrés ou salés. 

Romain Desgrand

87 boule­vard de la Croix-Rousse (Lyon 4). Du mercredi au vendredi De 7h30 à 14h30 et de 16h à 19h30. Samedi et dimanche de 8h30 à 15h. 04 78 29 80 14.

robert-croix-rousse.eatbu.com

Qui est Robert ?

Ne cher­chez pas : aucun des membres de l’équipe ne s’ap­pelle Robert. Le nom de l’en­seigne est un clin d’oeil au prénom désuet que seule une poignée de jeunes parents témé­raires ose aujourd’­hui utili­ser. Pour Pierre Guillou, c’est aussi une réfé­rence à son beau-père qui rêvait d’ou­vrir un restau­rant baptisé « Robert ».

 

En photo : Lola Sanchez et Ales­san­dro Massa, le cuisi­nier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *