Mon quartier au quotidien


Muni­ci­pales 2020 à Lyon 4e : Lyon en commun s’ac­tive

Les diffé­rentes forces poli­tiques commencent sérieu­se­ment à se mettre en place à la Croix-Rousse au vue des élec­tions muni­ci­pales de 2020. La semaine dernière, Natha­lie Perrin-Gilbert, maire du 1er, a offi­cia­lisé sa candi­da­ture à la mairie centrale sous l’étiquette du mouve­ment Lyon en commun (lire ici) lancé à l’au­tomne dernier en alliance avec la France Insou­mise. Et dans le 4e, les proches de l’édile des Pentes se mettent en ordre de bataille. L’enjeu est de taille : pour s’im­po­ser à l’Hô­tel de Ville, NPG devra rafler plusieurs arron­dis­se­ments et la Croix-Rousse est clai­re­ment l’un de ses terri­toires de prédi­lec­tion. 

On ne connaît pas encore le nom de la tête de liste mais on sait qu’A­lexandre Cheva­lier, un Croix-Rous­sien proche de la maire du 1er, fera partie des chefs d’or­chestre des groupes de réflexion de Lyon en commun sur le Plateau. Dès début octobre, des commis­sions théma­tiques devraient ainsi émer­ger avec poten­tiel­le­ment des mili­tants de diffé­rentes forces poli­tiques. 

Recréer du lien entre le 1er et le 4e.

Objec­tif : élabo­rer des propo­si­tions concrètes pour le quar­tier. Déjà, Alexandre Cheva­lier esquisse quelques grandes lignes. « Je pense qu’il faut refaire un quar­tier un peu plus popu­laire, comme je l’ai connu il y a 40 ans. Je ne suis pas un nostal­gique du passé, loin de là, mais aujourd’­hui, nous avons du mal à main­te­nir la mixité sociale. Il y avait une spéci­fi­cité sur le 4e avec une diver­sité de popu­la­tion qui faisait vivre ce quar­tier, avec des événe­ments popu­laires sur la place publique et une présence artis­tique », explique celui qui figu­rait sur la liste Lyon citoyenne et soli­daire menée par Aline Guitard en 2014 dans le 4e.

Et de pour­suivre : « Je compare souvent la Croix-Rousse au Japon: il y a le tradi­tion­nel et l’ave­nir. Il faut arri­ver à préser­ver cet entre-deux. Il y a une histoire qu’il faut conser­ver mais il faut aussi avan­cer pour aller vers une ville plus écolo­gique, tout en régu­lant les projets de construc­tions. » Autre ambi­tion : retrou­ver une forme « d’en­tente et de lien » entre le 1er etle 4e arron­dis­se­ments en s’ap­puyant sur des actions communes. Ces groupes de travail devraient égale­ment faire éclore de poten­tiels candi­dats. Comme Alexandre Cheva­lier ? « Sans doute » sourit celui qui, dans tous les cas, devrait figu­rer sur la liste. 

Romain Desgrand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *