Mon quartier au quotidien


Audrey Apruz­zese, la ville sous tous ses traits

Derrière les lignes bleu­tées de Dessin de Ville se cache la discrète dessi­na­trice Audrey Apruz­zese. 

 

De l’Hô­tel Dieu à Four­vière en passant par les Jaco­bins, pas un coin de Lyon n’échappe au stylo bleu d’Au­drey Apruz­zese. C’est près de la place Satho­nay qu’elle a élu domi­cile pour repro­duire les courbes de la ville de Lyon. Sa marque, Dessin de Ville propose des cartes postales, des tote­bags, des cadres de grande taille mais aussi des colla­bo­ra­tions avec les acteurs du terri­toire. « Pour moi la ville appar­tient à tout le monde et j’aime l’idée qu’un enfant puisse repar­tir avec un petit bout de Lyon dans sa poche », explique la dessi­na­trice.

Bien­veillance et humi­lité

Ses sept années d’étude dans l’art lui ont permis de mettre en exergue sa fasci­na­tion pour l’ar­chi­tec­ture. Elle qui a toujours vécu en milieu urbain ne pouvait que repro­duire les reliefs et enche­vê­tre­ments archi­tec­tu­raux lyon­nais qui ont bercés son enfance.

De l’ita­lien, de l’hauss­man­nien… il y a de tout à Lyon et c’est ce qui plaît à Audrey. Mais un séjour d’étude à Sala­manque l’a égale­ment séduite. « La Plaza Mayor de Sala­manque est l’une des plus belles places d’Eu­rope », certi­fie-t-elle.

De quoi faire rougir Belle­cour de jalou­sie. Rien à y faire, son inspi­ra­tion est multiple et pas seule­ment lyon­naise. Elle admire profon­dé­ment les grands peintres Néer­lan­dais et Espa­gnols du baroque comme Velasquez, Vermeer ou Rembrandt.

Mais la plus grande artiste pour elle, sa première source d’ins­pi­ra­tion, c’est sa mère. Chan­teuse lyrique soprano et dessi­na­trice à ses heures perdues, elle a trans­mis à Audrey la bien­veillance et l’hu­mi­lité. Car pour dire vrai, Audrey préfère se cacher derrière ses dessins que les lumières de la gloire. Ses joues rougissent vite face à l’objec­tif. 

Un héri­tage bien appro­prié

L’art est bel et bien un talent inné dans la famille. En fouillant loin dans sa généa­lo­gie, Audrey possède du sang de peintres Italiens du XVIIe siècle. Un héri­tage qu’elle s’est bien appro­priée avec son encre bleue et son style qu’elle veut réaliste et respec­tueux des propor­tions. Mais cette couleur plutôt que des traits noirs, c’est aussi de la fraî­cheur, un dialogue entre un passé archi­tec­tu­ral et un présent des plus vivant, celui d’Au­drey Apruz­zese.

 

Lionel Bros­sard

 

Bio express

38 ans. Audrey Apruz­zese est née à la Croix-Rousse et a grandi à Écully. Diplô­mée d’his­toire de l’art à Lyon 2, de pratiques artis­tiques à Jean Monnet (Saint-Étienne) et des Beaux Arts de Sala­manque, elle était desti­née à l’en­sei­gne­ment. Après avoir travaillé dans le marke­ting, elle fonde Dessin de Ville. 

Points de vente : Hyppairs, 3 place Satho­nay (Lyon 1er),  Bôhmën, 9 rue du Mail (Lyon 4e).

Son atelier : 19 rue de Capu­cins (Lyon 1er).

Son spot favori

Tea Tempore, 25 rue des Capu­cins (Lyon 1er), un espace de co-working où elle aime travailler et profi­ter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *