Mon quartier au quotidien


Le grand saut de David Esta­tof 

Créa­teur dans l’âme, le Croix-Rous­sien David Esta­tof veut réin­ven­ter sa vie en lançant sa propre ligne d’ac­ces­soires de mode à partir de tissus de récu­pé­ra­tion. Rencontre.

Avec ses cheveux ébou­rif­fés et sa barbe poivre et sel, David Esta­tof dégage une sensi­bi­lité désar­mante. Il nous a donné rendez-vous au Gaïa Coffee­house, nouveau spot tendance-bio-écolo du Plateau. L’en­droit n’a pas été choisi au hasard : sa récente rencontre avec les deux maîtresses des lieux Meryl Manti et Julie Bonnet (lire ici), égale­ment coachs, a joué un rôle de cata­ly­seur dans son parcours. « Elles m’ont donné une sorte de coup de pied virtuel, m’en­cou­ra­geant à faire ce que j’aime », plai­sante David Esta­tof qui aime passer du temps dans « ce lieu de vie et de rencontres ». Long­temps, ce croix-rous­sien d’adop­tion a retenu la créa­ti­vité bouillon­nante qui l’ha­bite.

Mais aujourd’­hui, après avoir porté plusieurs casquettes (vendeurs, restau­ra­teurs…), il a décidé de faire le grand saut pour tenter de vivre de ses créa­tions et s’avoue lui-même cham­boulé par ce nouveau départ. « J’ai toujours été attiré par les tissus. Ma mère et ma grand-mère m’ont donné le goût des vête­ments et des  belles choses », raconte-t-il. 

 

« Appor­ter du bonheur aux gens »

Arrivé à Lyon en 1996 pour faire carrière dans la couture, David a vite été confronté à la diffi­culté du marché, peinant à trou­ver un emploi auprès d’un tailleur malgré quelques colla­bo­ra­tions. Mais sa passion l’a toujours suivie. Il travaille un temps chez Toto au pied de la colline et collec­tionne les bouts de tissus. Toile de jute, camou­flage, tissu d’ameu­ble­ment, étoffe chinoi­se… Tout est bon pour être récu­péré, détourné, réin­venté.

Celui qui veut « appor­ter du bonheur aux gens » imagine des pièces colo­rées, le plus souvent réver­sibles. L’une de ses créa­tions est même dédiée à son quar­tier chéri, qu’il affec­tionne parti­cu­liè­re­ment : Xrousse is BKLN (La Croix-Rousse est Brook­lyn) peut-on lire sur un tote bag conçu à l’aide de diffé­rents textiles (jeans, rideaux…). Après avoir offi­ciel­le­ment créé sa struc­ture, David espère pouvoir orga­ni­ser un premier défilé, proba­ble­ment à la Croix-Rousse, pour présen­ter comme il se doit son travail. Preuve qu’il n’est jamais trop tard pour tout recom­men­cer. 

 

Bio Express

48 ans. Origi­naire de Grenoble, David Esta­tof est titu­laire d’un BEP vête­ments sur mesure et acces­soires. Il vit à la Croix-Rousse depuis 2002 et a notam­ment co-géré un restau­rant rue Imbert-Colo­mès pendant plusieurs années. 

Pour décou­vrir ses créa­tions : insta­gram.com/davi­des­ta­tof

Son spot favori

Gaïa Coffee­house, 5 rue de Nuits, Lyon 4e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *