Mon quartier au quotidien


Les Pentes contre Bouygues : la lutte s’ac­cé­lère

Les habi­tants de la colline parvien­dront-il à contrer le projet de construc­tion de Bouygues Immo­bi­lier à l’angle des rues Lemot, Pouteau et Dide­rot ? Les membres du collec­tifs Les Pentes contre Bouygues veulent le croire. D’au­tant plus que l’his­toire croix-rous­sienne l’a déjà prou­vée : dans les années soixante-dix, la mobi­li­sa­tion citoyenne avait permis, après plusieurs années de lutte, de renver­ser un projet d’ur­ba­ni­sa­tion de la montée de la Grande-Côte. Quarante-cinq ans plus tard, le groupe de Croix-Rous­siens attendent bien prou­ver que l’âme rebelle de leur quar­tier n’est pas morte.

Ainsi, l’of­fen­sive devrait offi­ciel­le­ment être lancée avec le dépôt d’un recours gracieux avant l’échéance du 16 juillet, soit deux mois après le dépôt du permis de construire. Objec­tif : bloquer le projet et gagner du temps pour dépo­ser à la rentrée un recours en conten­tieux juri­dique au tribu­nal admi­nis­tra­tif de Lyon. « Des archi­tectes et des urba­nistes ont éplu­ché le permis de construire et il appa­raît qu’il y aurait des failles. Nous avons les moyens de faire annu­ler ce permis de construire », a assuré Maxime, un habi­tant de la rue Dide­rot lors d’un rassem­ble­ment du collec­tif orga­nisé place Colbert la semaine dernière. 

Nommée EntreVues, cette future rési­dence qui promet des « biens excep­tion­nels » irrite les rive­rains pour diverses raisons (perte de vue, de lumière, archi­tec­ture moder­nis­te…). Mais c’est surtout l’ar­ri­vée d’une popu­la­tion huppée, dans un quar­tier déjà touché par la gentri­fi­ca­tion, qui passe mal.  « On parle d’ap­par­te­ments qui se vendraient  jusqu’à 10 000 euros le mètre carré. On est au delà de la gentri­fi­ca­tion, c’est un peu une explo­sion de l’équi­libre social du quar­tier avec des prix hallu­ci­nants. Même si les Pentes on déjà changé, il y a encore une mixité sociale dans les immeubles et il faut la renfor­cer. »

Prochaines étapes pour le collec­tif:  rassem­bler les fonds néces­saires pour rému­né­rer les avocats et créer une asso­cia­tion de défense de l’ha­bi­tat des Pentes de la Croix-Rousse suscep­tible d’in­ter­ve­nir sur d’autres dossiers (ex-école des Beaux-arts [lire ici], terrain Bon-Pasteur [lire ici], collège Maurice Scève [lire ici], etc.). Contacté par Tribune de Lyon, Bouygues Immo­bi­lier n’a pour l’ins­tant pas donné suite à notre demande d’in­ter­view. 

 

 

En photo :  Les habi­tants se sont rassem­blés la semaine dernière place Colbert contre le projet de Bouygues Immo­bi­lier qui prévoit de construire quatre immeubles avec parkings, à détrui­sant notam­ment la maison d’ar­chi­tecte située rue Dide­rot. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *