Mon quartier au quotidien


Ex-École des Beaux-arts : le contre-projet des habi­tants

Ils veulent repen­ser l’ave­nir de l’ex-école des Beaux-arts et contrer le plan de Gérard Collomb (lire ci-dessous). Depuis plusieurs semaines la Fabrique de la ville, un collec­tif d’ha­bi­tants du 1er, a lancé une concer­ta­tion pour faire émer­ger une alter­na­tive à la réha­bi­li­ta­tion du bâti­ment situé rue Neyret.

Animée par Julia Dissard et Sydney Collin, deux étudiantes en master 2 à l’École Natio­­nale Supé­­rieure d’Ar­­chi­­tec­­ture de Lyon, la démarche propo­sait plusieurs ateliers dont le dernier se dérou­lait début mai. Que faut-il rete­nir des travaux ? « Globa­le­ment, les parti­ci­pants souhaitent un espace de rencontres et d’échanges », expliquent les deux étudiantes qui ont réalisé un projet archi­tec­tu­ral, sans se foca­li­ser sur l’as­pect finan­cier.

Hété­ro­clyte, la propo­si­tion qui comporte plusieurs variantes envi­sage diffé­rents équi­pe­ments : jardin partagé sur le toit, amphi­théâtre citoyen, atelier de répa­ra­tion partagé, salle de sport, espace d’ex­po­si­tion ou encore cantine sociale et soli­daire. Exit le loge­ment ? Pas tout à fait. L’une des options prévoit des loge­ments d’ur­gence, pour accueillir, par exemple, des migrants.

 

Tout ça pour rien ?

Conservé, le bâti­ment serait habillé par une cour­sive ouverte (sorte de couloirs en passe­relle, NDLR) sur la rue Neyret pour libé­rer la vue côté sud, où se trouve actuel­le­ment les couloirs.

« Il y a la “ville paysage “ avec la vue, mais on voulait aussi s’in­té­res­ser à la “ville secrète” qui est derrière, celle où vivent les habi­tants. Cette cour­sive permet­trait aussi d’ani­mer la rue ».

Le 25 mai, la Fabrique de la ville orga­ni­sera un nouvel atelier pour pour­suivre le travail. Objec­tif : main­te­nir la pres­sion à moins d’un an des élec­tions muni­ci­pales. Le collec­tif veut rencon­trer chaque candi­dat pour les amener à se posi­tion­ner. En paral­lèle, à l’Hô­tel de Ville, le projet présenté en 2016 pour­suit discrè­te­ment son chemin. Inter­ro­gée par le conseil terri­to­rial du 1er, la mairie centrale a annoncé qu’une promesse de vente au Crédit Agri­cole pour­rait ainsi être présen­tée en conseil muni­ci­pal avant la fin d’an­née. Quant au prix de vente annoncé à l’époque (envi­­ron 600 euros le m2), il devrait prochai­ne­ment être rééva­lué.

Romain Desgrand

Le projet initial

En 2016, le maire de Lyon, Gérard Collomb, annonce un projet  de réha­bi­li­ta­tion de l’an­cienne école de Beaux-arts (loge­­ments, place-belvé­­dère, cafés, etc.). Il prévoit de démo­lir une partie de la construc­tion pour créer une pers­pec­tive sur l’église du Bon Pasteur. Ce bâti­­ment de 6000 m2 doit ainsi être vendu au Crédit Agri­­cole. Mais le projet fait débat (péti­tion de 5700 signa­­tures).

Légende photo : Les deux étudiantes proposent de conser­ver le bâti­ment, d’ajou­ter une cour­sive au nord et de suppri­mer deux petites bâtisses côté sud.

 

Chaque jeudi, retrou­­­­­­­vez 4 pages sur la vie de la colline de la Croix-Rousse dans l’édi­­­­­­­tion La Croix-rous­­­­­­­sienne de Tribune de Lyon. En kiosque dans les Pentes et sur le Plateau.

2 commentaires

  1. Collin says:

    Bonjour,

    Je tiens à préciser que l’image de l’article n’est qu’une esquisse schématique. Nous sommes en train de peaufiner le projet.
    Nous en ferons une restitution après notre soutenance de projet de fin d’étude.
    Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à aller voir notre blog : https://sydliacossard.home.blog/

    Sydney Collin

  2. Conte says:

    Est-ce une réelle demande de la population ou un fantasme militant? Comment la population a-t-elle été consultée? Cela me semble un projet très “youpi” avec tous les ingrédients à la mode. Vous avez oublié le garage à vélo, l’éolienne, le local à compost, de planter des arbres, les panneaux solaires… Mais aussi des locaux de répétitions pour les nombreux musiciens qui habitent le quartier et les compagnies théâtrales. Des espaces de co-working pour des start ups branchées. Et puis quelle est la viabilité économique d’un tel projet? Des subventions, des sponsors, des mécènes…? Vous devriez vraiment consulter la population, plutôt que de plaquer sur un quartier un projet qui n’est qu’un discours youpi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *