Mon quartier au quotidien


L’élé­gance rétro de Sébas­tien Barcet

Avec trois nouveaux modèles sortis en mars, Le Presse Papier conti­nue son ascen­sion dans l’uni­vers de la déco­ra­tion haut de gamme. Lancée en 2012, la “petite” marque croix-rous­sienne de papier peint séduit bien au-delà de l’Hexa­gone. Amou­reux des arts graphiques, son fonda­teur, Sébas­tien Barcet, cultive avec passion un goût prononcé pour l’es­thé­tisme rétro.

Il écrase sa clope et balaie la fumée d’un revers de main. Face à lui : deux écrans lui permettent de gérer les commandes en cours. Liban, Norvège, Maroc, États-Unis… Les clients  — des parti­cu­liers aux archi­tectes en passant par les hôtels de luxe — affluent des quatre coins du globe. Au mur, un cliché noir et blanc de Clint East­wood, flingue en main dans L’Ins­pec­teur Harry, veille sur l’en­fi­lade de papiers peints.

Avec ses cheveux ébou­rif­fés et ses grandes lunettes noires, Sébas­tien Barcet cultive un look vintage et décon­tracté qui rendrait presque nostal­gique du siècle dernier. Un esthé­tisme qui resur­git d’ailleurs sur les papiers peints qu’il imagine à travers les formes et les couleurs tendances et élégantes.  « Qu’il s’agissent de cinéma, de musique ou d’ar­chi­tec­ture,  j’ai toujours parti­cu­liè­re­ment aimé les années 30 et 50 », assure-t-il. 

Sébas­tien Barcet a eu plusieurs vies : batteur, il a long­temps sillonné les routes d’Eu­rope avec son groupe de rock avant de deve­nir séri­graphe, peintre puis graphiste. En 2012, il crée sa marque Le Presse Papier dans son atelier situé place Chazette au pied de la colline sur laquelle il a (presque) toujours vécu.

« Ce quar­tier a une tradi­tion liée aux soyeux et au textile et, de fait, certains dessi­na­teurs croix-rous­siens travaillent depuis des années pour des grandes marques comme Hermès », explique Sébas­tien qui, en plus de conce­voir lui-même certains motifs fait appelle à trois autre dessi­na­teurs du quar­tier.

Textile et lampe

Direc­tion artis­tique, colo­ri­sa­tion, impres­sion, etc : toutes les étapes de concep­tions sont réali­sées sur place et chaque collec­tion apporte son lot de nouveau­tés. Sur le modèle végé­tal Madeira, l’un des derniers nés de la maison, un hommage est rendu la manu­fac­ture Zuber, le « grand­fa­ther du papier peint français », avec un dégradé verti­cal en option.

L’équipe a égale­ment inventé un style plus sobre baptisé Hunami, en réfé­rence à une tradi­tion japo­naise qui consiste à prendre du plai­sir à regar­der des fleurs.

Signe de sa belle réus­site, Le Presse Papier a fait son entrée fin 2018 dans l’uni­vers du textile en décli­nant une partie de ses motifs sur cous­sins et tissus. La suite ? Une colla­bo­ra­tion est en prépa­ra­tion pour lancer une collec­tion de lampes lyon­naises Jieldé custo­mi­sées. Et Sebas­tien espère un jour créer des tapis avec sa touche graphique et colo­rée inspi­rée du passé.

Romain Desgrand

Bio express

49 ans. Sébas­tien Barcet a lancé en 2012 sa société d’im­pres­sion Artprint ainsi que sa marque Le Presse Papier. Avec son équipe, il propose aujourd’­hui plus de 120 modèles de papiers peints conçu à la demande dans son atelier label­lisé imprim’­vert. Depuis le prin­temps 2018,  ses créa­tions sont diffu­sés dans l’en­semble des boutiques du Ressource (pein­ture haut de gamme).

le-presse-papier.fr

Spot favori

Le bout de la rue des fantasques

Photos : Sabine Serrad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *