Mon quartier au quotidien


Vente de l’ENSBA au Crédit Agri­cole : un projet « pas complè­te­ment abouti » mais toujours sur les rails selon l’adjoint de Collomb

Le sujet devient de plus en plus houleux dans les Pentes. En marge d’une réunion publique d’in­for­ma­tion sur le réamé­na­ge­ment de la place Char­don­net vendredi soir, plusieurs habi­tants et membres du collec­tif La Fabrique de la ville ont inter­pellé Michel Le Faou, adjoint à la Ville de Lyon (Aména­ge­ment, urba­nisme, etc.) sur l’ave­nir de l’An­cienne école des Beaux-Arts, située rue Neyret.

Objec­tif : en savoir plus sur les inten­tions de la muni­ci­pa­lité quant à la poten­tielle vente du bâti­ment public de 6000 m2 au Crédit Agri­cole (lire ici).

« Il y a encore du travail »

« Une bonne ques­tion… », a conçu l’adjoint en début de réponse, visi­ble­ment gêné par le dossier.  

Avant son passage au minis­tère de l’In­té­rieur, « le maire de Lyon a acté la cession de ce bien en direc­tion d’un opéra­teur immo­bi­lier privé avec un réamé­na­ge­ment permet­tant de faire le lien entre l’am­phi­théâtre des trois Gaules, le Jardin des Plantes et l’église du Bon Pasteur située derrière », a rappelé l’élu.

Mais l’avan­cée du projet dépend aujourd’­hui de deux éléments : l’adop­tion défi­ni­tive de l’AVAP (Aire de mise en valeur de l’ar­chi­tec­ture et du patri­moine – lire ici) et du PLU-H (Plan local d’ur­ba­nisme et d’ha­bi­tat) qui doit être voté le 13 mai prochain.

Par ailleurs, « le projet n’est pas encore abouti. Il y a encore du travail », a précisé Michel Le Faou en faisant réfé­rence à l’esquisse publiée en 2016 dans le jour­nal Le Progrès (place-belvé­­dère, cafés, loge­­ments, etc.).

 

« Pas de raison pour chan­ger d’opé­ra­teur »

Inter­rogé sur la mise en place d’une démarche de concer­ta­tion avec les habi­tants, l’adjoint a dû botter en touche : « On regar­dera les choses à partir du moment où elles seront un peu plus mûres, aujourd’­hui elles ne le sont pas. » 

Autre point touchy : le prix de vente annoncé en 2016 (envi­ron 600 euros le m2). Trop peu selon beau­coup d’ha­bi­tants qui évoquent même l’idée de se rassem­bler pour ache­ter eux-mêmes le bien. 

« Une esti­ma­tion sera faite, a assuré le proche de Gérard Collomb. Mais comme le proces­sus a été lancé il y a quelque temps déjà, il n’y pas de raison aujourd’­hui pour que l’on change d’opé­ra­teur ». Une réponse qui n’a fait qu’a­ga­cer un peu plus certains membres de l’as­sem­blée qui dénoncent une « brade­rie des biens publics » et réclament un appel à projets. 

À un an des élec­tions muni­ci­pales, l’ave­nir de l’an­cienne école des beaux-arts s’an­nonce comme l’un des sujets majeurs de la campagne dans le 1er arron­dis­se­ment. 

Pour faire pres­sion sur les futurs candi­dats, la Fabrique de la Ville a elle-même lancé sa propre concer­ta­tion (lire ici).

Romain Desgrand

 

Chaque jeudi, retrou­vez 4 pages sur la vie de la colline de la Croix-Rousse dans l’édi­tion La Croix-rous­sienne de Tribune de Lyon. En kiosque dans les Pentes et sur le Plateau. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *