Mon quartier au quotidien


Vente de l’ENSBA au Crédit Agri­cole : un projet « pas complè­te­ment abouti » mais toujours sur les rails selon l’adjoint de Collomb

Le sujet devient de plus en plus houleux dans les Pentes. En marge d’une réunion publique d’in­for­ma­tion sur le réamé­na­ge­ment de la place Char­don­net vendredi soir, plusieurs habi­tants et membres du collec­tif La Fabrique de la ville ont inter­pellé Michel Le Faou, adjoint à la Ville de Lyon (Aména­ge­ment, urba­nisme, etc.) sur l’ave­nir de l’An­cienne école des Beaux-Arts, située rue Neyret.

Objec­tif : en savoir plus sur les inten­tions de la muni­ci­pa­lité quant à la poten­tielle vente du bâti­ment public de 6000 m2 au Crédit Agri­cole (lire ici).

« Il y a encore du travail »

« Une bonne ques­tion… », a conçu l’adjoint en début de réponse, visi­ble­ment gêné par le dossier.  

Avant son passage au minis­tère de l’In­té­rieur, « le maire de Lyon a acté la cession de ce bien en direc­tion d’un opéra­teur immo­bi­lier privé avec un réamé­na­ge­ment permet­tant de faire le lien entre l’am­phi­théâtre des trois Gaules, le Jardin des Plantes et l’église du Bon Pasteur située derrière », a rappelé l’élu.

Mais l’avan­cée du projet dépend aujourd’­hui de deux éléments : l’adop­tion défi­ni­tive de l’AVAP (Aire de mise en valeur de l’ar­chi­tec­ture et du patri­moine – lire ici) et du PLU-H (Plan local d’ur­ba­nisme et d’ha­bi­tat) qui doit être voté le 13 mai prochain.

Par ailleurs, « le projet n’est pas encore abouti. Il y a encore du travail », a précisé Michel Le Faou en faisant réfé­rence à l’esquisse publiée en 2016 dans le jour­nal Le Progrès (place-belvé­­dère, cafés, loge­­ments, etc.).

 

« Pas de raison pour chan­ger d’opé­ra­teur »

Inter­rogé sur la mise en place d’une démarche de concer­ta­tion avec les habi­tants, l’adjoint a dû botter en touche : « On regar­dera les choses à partir du moment où elles seront un peu plus mûres, aujourd’­hui elles ne le sont pas. » 

Autre point touchy : le prix de vente annoncé en 2016 (envi­ron 600 euros le m2). Trop peu selon beau­coup d’ha­bi­tants qui évoquent même l’idée de se rassem­bler pour ache­ter eux-mêmes le bien. 

« Une esti­ma­tion sera faite, a assuré le proche de Gérard Collomb. Mais comme le proces­sus a été lancé il y a quelque temps déjà, il n’y pas de raison aujourd’­hui pour que l’on change d’opé­ra­teur ». Une réponse qui n’a fait qu’a­ga­cer un peu plus certains membres de l’as­sem­blée qui dénoncent une « brade­rie des biens publics » et réclament un appel à projets. 

À un an des élec­tions muni­ci­pales, l’ave­nir de l’an­cienne école des beaux-arts s’an­nonce comme l’un des sujets majeurs de la campagne dans le 1er arron­dis­se­ment. 

Pour faire pres­sion sur les futurs candi­dats, la Fabrique de la Ville a elle-même lancé sa propre concer­ta­tion (lire ici).

Romain Desgrand

 

Chaque jeudi, retrou­vez 4 pages sur la vie de la colline de la Croix-Rousse dans l’édi­tion La Croix-rous­sienne de Tribune de Lyon. En kiosque dans les Pentes et sur le Plateau. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *