Mon quartier au quotidien


Muni­ci­pales 2020 : Yann Faure, l’out­si­der qui pour­rait comp­ter

Encore peu connu du grand public, Yann Faure pour­rait bien jouer un rôle impor­tant dans les prochaines élec­tions muni­ci­pales de la Croix-Rousse. Mili­tant à la France insou­mise, il a rejoint le mouve­ment Lyon en commun co-créé par son parti et celui de Natha­lie Perrin-Gilbert, la maire du 1er. De là à se hisser en tête d’une liste ? Sur le Plateau comme dans les Pentes, l’op­tion est bien envi­sa­geable.

Si rien n’est encore acté, l’in­sou­mis devrait être de plus en plus présent dans la vie poli­tique de la colline croix-rous­sienne. Yann Faure est l’un des porte-parole de Lyon en commun, le mouve­ment lancé par FI et le Gram en novembre dernier pour tenter de « rempor­ter la ville ». Un projet ambi­tieux qui, pour fonc­tion­ner, devrait passer par une victoire dans le 1er et le 4e, deux arron­dis­se­ments de prédi­lec­tion, auxquels s’ajou­te­raient d’autres quar­tiers comme le 7e.

« À la Croix-Rousse, nous avons une base de mili­tants sérieuse, enga­gée et impliquée avec laquelle nous avons fait beau­coup de rencontres et de débats depuis deux ans avec la FI », assure Yann Faure qui pour­rait lui-même être candi­dat.

« Beau­coup de gens me poussent à me présen­ter dans le 1er. Mais je me mets au service de l’or­ga­ni­sa­tion », souligne celui qui n’écarte pas l’idée de se lancer dans la course côté 4e dans une liste où pour­rait figu­rer NPG qui elle vise direc­te­ment la mairie centrale. Rien d’of­fi­ciel pour l’ins­tant. Lyon en commun repose sur des assem­blées citoyennes qui doivent elle-même se pronon­cer sur la compo­si­tion des listes. Mais Yann Faure reste en bonne posi­tion.

« Ecoso­cia­liste »

La poli­tique n’a pour­tant pas été une évidence pour cet ensei­gnant en mathé­ma­tiques et socio­logue. «  J’étais plutôt investi dans la défense les acquis du mouve­ment progres­siste social sur la fonc­tion publique, la sécu­rité sociale, la retraite, la santé, l’école, etc. » Et c’est un livre, Saison Brune de Philippe Squar­zoni — une enquête sur l’en­vi­ron­ne­ment sous forme de bande dessi­née publiée en 2012 —  qui lui donne envie d’agir.

« C’était un tour­nant pour moi car j’ai réalisé que le chan­ge­ment clima­tique posait un problème inédit à l’hu­ma­nité. Je suis devenu un peu plus écolo. Et surtout, je me suis marié avec un skieuse de fond et j’ai passé beau­coup de temps dans les espace natu­rel en montagne. J’ai vu les effets du chan­ge­ment clima­tique en très peu de temps ».

Il s’in­ves­tit alors à la Maison de l’éco­lo­gie, rue Bodin, asso­cia­tion non-poli­ti­sée dont il est toujours membre. Puis, séduit par le virage « ecoso­cia­liste » de Jean-Luc Mélen­chon, il devient un mili­tant actif pendant la campagne prési­den­tielle.

Habi­tant les Pentes à la lisère entre le 1er et le 4e, il évoque un « vrai coup de coeur » pour le quar­tier. « Je fais complè­te­ment corps avec cet endroit, je me vois finir ma vie ici », affirme-t-il  préci­sant qu’a­voir des respon­sa­bi­li­tés serait un « immense bonheur ».  

Il faudra être patient pour une annonce offi­cielle. Le mouve­ment doit propo­ser des projets précis par quar­tier à partir de juin. Les têtes de liste ne seront elles connues qu’à la rentrée. D’ici là, les oppo­sants se seront aussi lancé dans la bataille.

 

Romain Desgrand

Bio Express

47 ans. Yann Faure habite dans les Pentes depuis plus de 20 ans. Ensei­gnant en mathé­ma­tiques à Rillieux-la-pape, il inter­vient aussi en tant que socio­logue à l’École centrale, une école d’in­gé­nieur. Il est mili­tant auprès de la France insou­mise sans pour autant être encarté. Il n’a jamais été élu.

Un commentaire

  1. Marat ! says:

    A défaut d’être vraiment écologiste, c’est davantage un socialiste qu’autre chose, plus occupé par son ascension personnelle que des préoccupations du peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *