Mon quartier au quotidien


Quand le chat n’est pas là

La saison des festi­vals n’est pas encore lancée mais déjà, les « souris » s’ap­prêtent à nouveau à danser sur la colline de la Croix-Rousse. La 11e édition de l’évé­ne­ment croix-rous­sien Quand les souris dansent s’ouvre ce samedi 16 mars dès 16h30 sur l’es­pla­nade du Gros Caillou avec au programme flamenco, didge­ri­doo et autres musiques du monde (gratuit). Pour la suite, les rendez-vous s’en­chaî­ne­ront jusqu’au 30 mars avec, entre autre, une confé­rence gesti­cu­lée sur les addic­tions (28 mars, 19h30, mairie du 1er), un spec­tacle de danse (26 mars, 14h30, salle de la Ficelle) et toute une série de concerts sur le Plateau.

« Cette année, nous avons décidé d’as­su­mer plei­ne­ment l’es­prit du festi­val qui repose sur trois axes : les cultures émer­gentes, le handi­cap et  l’as­pect parti­ci­pa­tif », explique Chris­tophe Cerri, respon­sable des projets au sein de l’as­so­cia­tion orga­ni­sa­trice La Cocotte prod. Ainsi l’ex­po­si­tion D’autres clichés sur la santé mentale (vernis­sage 19 mars 18h, Maison des asso­cia­tions) a été réali­sée avec des patients. Sans tomber dans le compas­sion­nel et en évitant les leçons de moral, La Cocotte prod cherche ainsi à invi­ter le public à s’in­ter­ro­ger sur ses propres concep­tions et sur son rapport à la diffé­rence.

Malgré son bel ancrage dans le quar­tier, le festi­val reste « un défi à chaque édition », assure Chris­tophe Cerri. Subven­tionné à 15% par des aides publiques, l’évé­ne­ment doit faire face à une baisse des finan­ce­ments des mécènes privés. Malgré tout, une bonne partie des soirées au programme sont en accès libre. L’an­née dernière, envi­ron 2200 spec­ta­teurs ont assis­tées au festi­val.

 

Programme complet : laco­cot­te­prod.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *