Mon quartier au quotidien


Éva Besson veut mettre de la poésie aux fenêtres des Pentes

Les 9 et 10 mars, la toute première Balade des fenêtres fantas­tiques va se déployer dans les Pentes de la Croix-Rousse. Ombres chinoises, vitraux, jeux de lumiè­res… Les habi­tants pour­ront lais­ser libre cours à leur imagi­na­tion en déco­rant leurs balcons et fenêtres. Derrière cet événe­ment, la jeune étudiante Éva Besson espère inscrire sa belle initia­tive dans la durée.  

Elle ouvre la carte du 1er arron­dis­se­ment et parcourt les rues des Pentes de son regard bleu clair. « L’idée est de toucher l’en­semble du quar­tier, lance la jeune femme. On espère, au total, que 300 fenêtres seront déco­rées ». Depuis quelques mois, Eva Besson fédère les habi­tants et les acteurs du terri­toire (asso­cia­tions, centres sociaux cultu­rels, régies et conseils de quar­tiers, etc.) pour donner vie à son projet : créer la première Balade des fenêtres fantas­tiques à Lyon. Le prin­cipe ? Début mars, les habi­tants et les commerçants des Pentes sont invi­tés à habiller leurs fenêtres et balcons pour créer des scènes poétiques. « Le thème est tota­le­ment libre. Chacun peut lais­ser son style et son imagi­na­tion s’ex­pri­mer. Cela peut se traduire par diffé­rents types d’ins­tal­la­tions : vitraux, jeux de lumières, repré­sen­ta­tions de scènes de films ou de livres, cita­tions… On peut aussi jouer avec des objets en accro­chant, par exemple, une chemise à sa fenêtre. »

Des ateliers pour créer son décor. 

C’est après avoir vécu à Bris­tol en Angle­terre où elle a décou­vert le Window Wander­­land, sorte de festi­­val où les fenêtres des habi­­ta­­tions se parent de déco­rs chimé­riques, qu’Éva a voulu dupliquer l’ini­tia­tive dans son propre quar­tier. « À l’ori­gine, la créa­trice de l’évé­ne­ment, Lucy Reeves Khan, voulait animer les rues, un peu maus­sades en hiver, et susci­ter la rencontre entre les rive­rains d’un même quar­tier », raconte la lyon­naise.

Au-delà des deux soirées dédiées à la déam­bu­la­tion nocturne (de 19h à 22h), Éva veut aussi rassem­bler les habi­tants du quar­tier en les aidant à confec­tion­ner ensemble leurs déco­ra­tions lors d’ate­liers gratuits (lire ci-dessous). « Il n’y a pas de concours, pas de pres­sion, insiste-t-elle. Le but de cet événe­ment est d’échan­ger, d’ac­com­pa­gner. Les commerçants peuvent aussi prêter leur vitrine aux habi­tants qui n’ont pas de fenêtre qui donne sur la rue. »  En plus du parcours qui permet­tra de décou­vrir les diffé­rentes créa­tions, trois stands seront instal­lés (espla­nade de la Grande côté, place du Grif­fon, place Morel) avec diffé­rentes anima­tions (buvette, duo d’ombre chinoise par la compa­gnie Korpüscül, déam­bu­la­tions de clowns par Alexandre Meynet et ses élèves, etc.).

Si Éva n’est pas certaine de vivre encore à Lyon l’an­née prochaine, elle espère que sa fantas­tique balade pourra s’ins­crire dans le temps et gran­dir un peu plus à chaque édition.

 

Bio Express

25 ans. Née à Leval­lois-Perret (Hauts-de-Seine). Agré­gée d’an­glais, Éva Besso est aujourd’­hui étudiante à l’ENS (école normale supé­rieure).

Son spot favori

La place Rouville

 

 

Site de l’évé­ne­ment : fene­tres­fan­tas­tiques.com/lyon. Ateliers de créa­tion de déco­ra­tion : 23, 26, 27 et 28 février et 2 mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *