Mon quartier au quotidien


La « surpre­nante » inter­ven­tion de Collomb aux vœux de Kimel­feld

Brisons cet insou­te­nable suspense tout de suite : non, la céré­mo­nie des vœux de la mairie du 4e arron­dis­se­ment n’a pas été le théâtre de la guerre froide qui se joue en coulisses entre David Kimel­feld et Gérard Collomb (lire ici). Sur scène, face à un public venu en masse à la Maison des asso­cia­tions de la Croix-Rousse, le maire du 4e qui vient d’of­fi­cia­li­ser sa candi­da­ture pour conser­ver sa fonc­tion de président de la Métro­pole en 2020 (lire ici), et le maire de Lyon ont fait bonne figure, échan­geant même quelques gestes amicaux. En surface, donc, tout va bien. 

 

De la « Gé-géopo­li­tique »

Mais entre les lignes des discours, certains n’hé­sitent pas à voir un message d’of­fen­sive de Gérard Collomb, désta­bi­lisé sur ses terres depuis son retour du minis­tère de l’In­té­rieur (lire ici). Car, hier soir, le maire de Lyon a beau­coup insisté sur son bilan métro­po­li­tain.

« Quand tu m’as rejoint, cher David, comme vice-président à l’Éco­no­mie, tu as vu quelle base solide nous avions déjà posée. Depuis la dyna­mique écono­mique lyon­naise n’a cessé de se déve­lop­per », a-t-il notam­ment lancé à la tribune.

Subtile, sa conclu­sion s’adres­sait aussi direc­te­ment à celui qui l’a succédé au poste de président de la Métro­pole en 2017 :

« Pour moi, le plus impor­tant est la réus­site de Lyon, cette ville, cette agglo­mé­ra­tion singu­lière par son histoire, ses valeurs huma­nistes, sa volonté d’en­tre­prendre. Ma convic­tion est que sa réus­site s’est appuyée sur notre capa­cité à fédé­rer ses acteurs, à faire se croi­ser des univers qui d’ha­bi­tude s’ignorent ou s’op­posent (monde cultu­rel et monde écono­mique, monde asso­cia­tif et insti­tu­tion­nel…). C’est cette ligne que j’ai toujours suivie depuis 2001 et que nous devons défendre  ensemble à la commu­nauté urbaine, cher David, que nous avons défendu ensemble, quand tu nous as rejoint en 2008. »

On pouvait s’at­tendre a pire étant donné la tempé­ra­ture glaciale des rela­tions entre les deux hommes, mais ce fut assez pour faire jaser certains élus et repré­sen­tants asso­cia­tifs présents dans l’as­sem­blée.

« L’in­ter­ven­tion du maire de Lyon était… surpre­nante ! », lâche l’un d’entre eux qui, crai­gnant le chef de la ville, souhaite témoi­gner « en off ». « Il a, au final, très peu parlé de la Croix-Rousse. » 

C’était « de la “Gé-géopo­li­tique” !, ricane Pierre Hémon, conseiller EELV à la Métro­pole. Il nous a expliqué le monde en quelques minutes. »

D’autres vont plus loin : « Clai­re­ment, c’est un discours de campagne, assure une conseillère d’ar­ron­dis­se­ment croix-rous­sienne. Il a passé son temps a démon­trer qu’il avait tout construit à la Métro­pole et que David Kimel­feld n’avait fait que de le rempla­cer ». Et un proche du maire du 4e d’ache­ver : « C’est un discours tourné vers le passé ! ». Nous n’avons malheu­reu­se­ment pas pu inter­ro­ger Gérard Collomb qui a dû s’éclip­ser avant la fin de la céré­mo­nie.

 

Mouha­med, jeune migrant isolé sur scène

Autre temps fort de la soirée : la présence de mani­fes­tants à l’ex­té­rieur venus affi­cher leur soutien pour les mineurs étran­gers isolés qui résident depuis quatre mois dans l’en­ceinte de l’an­cien collège Maurice Scève (lire ici).

Un sujet que David Kimel­feld a abordé en début de discours souli­gnant que « la Métro­pole a doublé le budget dédié aux mineurs non accom­pa­gnés, créé 150 places supplé­men­taires et mobi­lisé 650 chambres d’hô­tel. Ce n’est bien évidem­ment pas suffi­sant. Dans le cas spéci­fique du collège Maurice Scève, j’ai rencon­tré les collec­tifs et je mesure leur enga­ge­ment. Nous avons pris les déci­sions pour que les rési­dents aient accès à l’eau, l’élec­tri­cité, aux sani­taires et à des douches. Nous travaillons avec la banque alimen­taire afin que des denrées puissent être ache­mi­nées au quoti­dien. Bien sûr ce n’est pas parfait mais nous sommes plei­ne­ment mobi­li­sés dans une situa­tion natio­nale et inter­na­tio­nale inédite. »

Une inter­ven­tion qui réson­nait en écho au tract distri­bué au même moment par les mani­fes­tants sur lesquels on pouvait lire : « Nous refu­sons que les moyens qui viennent d’être inves­tis servent de caution à la Métro­pole et à la Préfec­ture pour éviter de répondre à leurs obli­ga­tions ».

Kimel­feld a voulu aller plus loin en fin de céré­mo­nie en faisant monter sur scène Mouha­med, un résident du collège Maurice Scève. Applaudi par le public, celui-ci a d’abord vive­ment remer­cié les habi­tants qui se mobi­lisent depuis plusieurs mois pour appor­ter leur aide aux jeunes avant de citer un extrait du roman qu’il est en train d’écrire : « Nous avons appris à voler dans le ciel comme les oiseaux, nous avons appris à nager dans les océans comme les pois­sons, mais nous ne savons toujours pas marcher sur cette terre comme des frères. »

Enfin, Gérard Collomb est aussi inter­venu sur la ques­tion annonçant avoir « accepté de la part du préfet que des locaux situés dans le 9e arron­dis­se­ment soient mis à dispo­si­tion parce que je crois à la soli­da­rité comme je crois à la respon­sa­bi­lité ».

 

Et la Croix-Rousse dans tout ça ?

Si certains reprochent à Kimel­feld d’avoir annoncé trop tôt ses ambi­tions pour 2020 et son désir de ne plus briguer de mandat au poste de maire du 4e (lire ici), l’élu a précisé vouloir  « rester plei­ne­ment investi ici ».

« Je conti­nue­rai avec une méthode inchan­gée, celle de la proxi­mité et de l’écoute », a-t-il déclaré évoquant plusieurs projets en cours dans l’ar­ron­dis­se­ment : expé­ri­men­ta­tion d’une Maison des services publics, ouver­ture d’une Maison de santé, créa­tion d’un parcours nature reliant Rhône et Saône… (lire l’édi­tion croix-rous­sienne de Tribune de Lyon).

Le maire-président a terminé en souhai­tant « de la légerté quand il le faut » (certains y verront un clin d’oeil à la situa­tion actuelle) et en assu­rant vouloir « faire les choses avec serieux sans jamais se prendre au sérieux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *