Mon quartier au quotidien


Boule­vard de la Croix-Rousse : la fin du station­ne­ment sur les trot­toirs n’est pas pour demain

Annon­cée pour janvier 2019, l’in­ter­dic­tion du station­ne­ment sur les trot­toirs du boule­vard de la Croix-Rousse n’aura pas lieu de sitôt.

 

« Je croyais que c’était gagné… mais non ! » La semaine dernière, Arthur Remy, adjoint à la mairie du 1er, n’a pas caché sa décep­tion en conseil d’ar­ron­dis­se­ment. En cause ? Le projet de lutte contre le station­ne­ment sur les trot­toirs du boule­vard de la Croix-Rousse, mené en commun avec la mairie du 4e, vient de subir un sérieux coup de frein. « La mairie du 4e a fait marche arrière alors qu’un accord avait été donné par des élus dans une précé­dente réunion », a-t-il souli­gné. Le dossier semblait pour­tant bien avancé. Après une réunion avec les services tech­niques de la Ville de Lyon, Natha­lie Perrin-Gilbert, maire du 1er, avait même annoncé il y a quelques semaines que le code de la route devrait être désor­mais respecté à partir de janvier 2019.

« Des coups à prendre » Mais la mairie du 4e, qui dément vouloir faire marche arrière, rejette fina­le­ment le «  scéna­rio maxi­ma­liste » notam­ment pour « les consé­quences impor­tantes sur le quoti­dien des habi­tants et l’ab­sence de moyens effec­tifs pour contrô­ler l’in­ter­dic­tion du station­ne­ment la nuit ». Les élus croix-rous­siens privi­lé­gient ainsi une approche « prag­ma­tique » et progres­sive, en lien avec les futurs aména­ge­ments (Clos Jouve…) et la recherche de « solu­tions pallia­tives ».

De quoi faire soupi­rer les voisins. « Cela aurait une déci­sion coura­geuse. Mais côté 4e, c’est compliqué d’y aller car il y a quelques coups à prendre auprès des habi­tants et des commerçants qui ne compren­draient pas pourquoi on ne peut plus station­ner », lâche un adjoint du 1er. Pas de consen­sus donc.

Au-delà de l’épi­neuse ques­tion du station­ne­ment, Natha­lie Perrin-Gilbert a comparé le projet de réamé­na­ge­ment du boule­vard a « un serpent de mer qui existe au moins depuis les années 80 ». Au prochain conseil muni­ci­pal, le 17 décembre, elle consa­crera une ques­tion orale au sujet deman­dant notam­ment une « large consul­ta­tion citoyenne ».

Romain Desgrand

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *