Mon quartier au quotidien


Squat de la Croix-Rousse : «  Ce n’est que le début »

Boos­tés par la déci­sion du tribu­nal admi­nis­tra­tif qui a rejeté la demande d’ex­pul­sion immé­diate de la Métro­pole, les mili­tants et béné­voles du squat Maurice Scève veulent aller plus loin dans leur enga­ge­ment. Depuis fin septembre, l’an­cien collège situé rue Louis Théve­net est devenu le refuge de jeunes d’ori­gine d’Afrique subsa­ha­rienne qui logeaient aupa­ra­vant dans les Pentes. En signe de leur victoire en justice, les « squat­teurs » ont rebap­tisé le lieu « Jeune sait quoi ». Une réfé­rence à la plai­do­rie de l’avo­cat de la Métro­pole qui aurait lancé lors de l’au­dience que les lieux ont été investi par des « anar­chistes et je ne sais quoi ».

La semaine dernière, le photo­graphe croix-rous­sien Walib Boo a fait appel au graf­fer Théo Haggaï pour réali­ser une fresque sur la façade du bâti­ment. Des mains serrés, une chaîne d’union, des « rêveurs »…« Peu importe d’où l’on vient sur la planète, notre but c’est de s’ac­cro­cher à notre huma­nité », résume Théo Haggaï . Tout un symbole.

« Scola­ri­ser les jeunes ». Selon les béné­voles, jusqu’à 130 jeunes peuvent dormir dans l’an­cien collège chaque nuit. Un chiffre en augmen­ta­tion. « Avec les réseaux sociaux, le squat s’est fait connaître au-delà des fron­tières, en Italie et en Espagne », assure un mili­tant. Prochain enjeux : orga­ni­ser la mobi­li­sa­tion parfois encore décou­sue et prépa­rer l’ar­ri­vée de l’hi­ver. « Nous avons l’élec­tri­cité et on espère pouvoir faire fonc­tion­ner le chauf­fage, explique Jasmin. L’ou­ver­ture du squat n’était qu’un début. Nous souhai­tons désor­mais scola­ri­ser les jeunes et les régu­la­ri­ser, tout comme les quelques majeurs égale­ment présents. » 

Un voeu pieu ?   Le projet immo­bi­lier qui doit prochai­ne­ment se déployer ici même est toujours dans les rouages. Au squat du Plateau, une course contre la montre est enga­gée. « Aujourd’­hui, la ques­tion n’est pas de savoir si nous allons être expul­sés mais comment ils vont y parve­nir », conclut Jasmin.

Romain Desgrand

 

En photo : L’ar­tiste Théo Haggaï et le photo­graphe Walib Boo.

Chaque jeudi, retrou­­­vez 4 pages sur la vie de la colline de la Croix-Rousse dans l’édi­­­tion La Croix-rous­­­sienne de Tribune de Lyon. En kiosque dans les Pentes et sur le Plateau. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *