Mon quartier au quotidien


Tension autour du nouveau squat du collège Maurice-Scève

Nouveau rebon­dis­se­ment pour les mineurs étran­gers isolés. Instal­lés dans le 1er arron­dis­se­ment depuis plusieurs mois, ces jeunes origi­naires d’Afrique subsa­ha­rienne viennent d’in­ves­tir l’an­cien collège Maurice-Scève (rue Louis-Théve­net, Lyon 4e). Une déci­sion prise en concer­ta­tion avec le collec­tif de soutien d’ha­bi­tants croix-rous­siens, Coor­di­na­tion urgence migrants (CUM) et aussi un groupe de «  squat­teurs   ». «  Depuis la ferme­ture du lieu de répit, les mineurs dormaient dehors dans un jardin près de la montée de la Grande-Côte. Il fallait donc trou­ver une alter­na­tive  », explique Jean-Paul Vilain, président de la CUM.

Sur place, les salles du bâti­ment ont été nettoyées pour y dispo­ser quelques mate­las. Des béné­voles assurent un relais jour et nuit pour surveiller les lieux. Mais cette instal­la­tion ne se fait pas dans la séré­nité totale. « Nous sommes confron­tés à des groupes iden­ti­taires qui tentent de péné­trer dans l’an­cien collège  », regrette Jean-Paul Vilain. Certains béné­voles redoutent aussi la venue d’autres collec­tifs, comme le groupe «  Mamas qui déchirent   », dont l’ac­tion est jugée inadap­tée. La semaine dernière, la police a dû inter­ve­nir suite à la tenta­tive d’in­tro­duc­tion d’une « Mama   » qui a dégé­né­rée.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *