Mon quartier au quotidien


Alice Bernau­dat, l’his­toire d’une renais­sance

C’est dans sa lutte contre le cancer du sein qu’A­lice Bernau­dat a pris cette déci­sion : ouvrir son propre atelier de tapis­sier sur le Plateau. Elle s’ap­prête ainsi a inau­gu­rer en octobre Töö au 3 rue du Chariot d’Or. Un espace dédié à la réflec­tion mais aussi à l’échange et la créa­tion. Tout un symbole. 

Ses yeux, un joli mélange de vert et de noisette, affiche une déter­mi­na­tion sans faille. À écou­ter Alice Bernau­dat décrire son projet, on a du mal à imagi­ner que cette jeune femme joviale et enjouée vient de traver­ser l’une des pires épreuves. Fin 2017, alors qu’elle est deve­nue mère quelques mois plus tôt, sa vie bascule. On lui diagnos­tique un cancer du sein dû à une muta­tion géné­tique. Tout s’en­chaîne : opéra­tion, chimio­thé­ra­pie et bien­tôt recons­ti­tu­tion. C’est dans cette traver­sée doulou­reuse que son projet prend forme. « J’avais déjà imaginé ouvrir mon propre atelier quand j’étais au chômage mais je ne pensais pas avoir le courage. En luttant seule face à la mala­die, je me suis décou­verte de nouvelles forces. Rien ne me semblait impos­sible ». À l’hô­pi­tal, elle esquisse son projet, note ses idées sur un carnet. Ainsi né Töö (travailler en esto­nien), un nom choisi pour son esthé­tisme et pour sa réfé­rence au travail arti­sa­nal.

Bien plus qu’un atelier. Brico­leuse dans l’âme, Alice a décou­vert le métier de tapis­sier en parcou­rant le diction­naire. Après des études d’an­glais, elle se forme au Lycée profes­sion­nel Georges Lamarque de Rillieux puis travaille pendant huit ans à Tendance-chic situé à Saint-Sympho­rien-d’Ozon. Dans son propre atelier qui ouvrira à la place de la boutique de bijoux Nayades, Alice ne se conten­tera pas de réfec­tion­ner des sièges anciens ou modernes. Elle vendra aussi ses propres créa­tions : rideaux, voilages, parois japo­naises et déco­ra­tions fabriqués à partir de maté­riaux de récu­pé­ra­tion. “Il y aura égale­ment, en arrière-boutique, un salon conçu comme un espace de rencontre avec une boîte à livres où des ateliers créa­tifs seront orga­ni­sés (couture, tricot, bijoux…)”, complète-t-elle impa­tiente.

Sur son avant-bras, Alice s’est fait tatouer un arbre qu’elle a elle-même dessiné, un arbre « un peu maigre­let mais joli quand même ». Un façon de montrer que « même quand on a pas beau­coup de force, on peut conti­nuer à gran­dir et à s’épa­nouir ».

 

Bio Express

33 ans. Alice Bernau­dat vit aujourd’­hui à Rillieux avec son compa­gnon et son fils de 1 an et demi. En 2018, elle a fait partie des 5 fina­listes du Prix rose de l’en­tre­pre­neuse (caté­go­rie jaune pousse) qui récom­pense les femmes qui créent leur entre­prise après un cancer.

Tel. 07 87 68 50 13

Son spot favori

Le village des créa­teurs, passage Thiaf­fait, 19 rue René Leynaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *