Mon quartier au quotidien


EXCLUSIF. Mairie du 4e : Anne Mignotte lâche David Kimel­feld

Le divorce poli­tique a été prononcé aujourd’­hui, d’abord par SMS, puis de vive voix au télé­phone lors d’un « échange cordial ». Anne Mignotte (Géné­ra­tion·s) vient d’an­non­cer sa démis­sion du poste de 1ère adjointe à la mairie du 4e à David Kimel­feld, édile de la Croix-Rousse. Une rupture qui s’ac­com­pagne égale­ment du départ de l’exé­cu­tif d’Abdel­ka­der Selmi, conseiller d’ar­ron­dis­se­ment (Soli­da­ri­tés et jeunesses).

 

Un rendez-vous sans cesse repoussé

C’est un coup dur pour David Kimel­feld qui rentre tout juste d’un dépla­ce­ment au Burkina Faso au titre de son mandat de président de la Métro­pole et qui doit, en même temps, gérer le retour de Gérard Collomb en terres lyon­naises. Mais ce n’est certai­ne­ment pas une surprise. Depuis plusieurs mois, Anne Mignotte a fait part à plusieurs reprises de ses désac­cords, aler­tant direc­te­ment la direc­trice de cabi­net du maire sur son malaise.

«  Je demande un rendez-vous depuis le 29 août qui est sans cesse repoussé, explique celle qui a rejoint en juin le mouve­ment créé par Benoit Hamon, ancien candi­dat à l’élec­tion prési­den­tielle. Nous devions nous voir aujourd’­hui en début d’après-midi, mais le rendez-vous a été annulé. Ma déci­sion est prise. Humai­ne­ment, nous avons toujours travaillé avec intel­li­gence. Mais poli­tique­ment, nos chemins ne sont pas les mêmes. »

 

Manque d’am­bi­tion écolo­gique et de courage

Anne Mignotte justi­fie son choix par diffé­rents arbi­trages récents effec­tués par David Kimel­feld. Elle cite notam­ment l’ex­pé­ri­men­ta­tion conduite cet été sur la Petite Place de la Croix-Rousse où la Métro­pole et la mairie du 4e ont testé de poten­tiels nouveaux aména­ge­ments qui pour­raient être réali­sés au prochain mandat.

Une partie des places de station­ne­ment a été tempo­rai­re­ment suppri­mée. Pas assez selon Anne Mignotte qui milite pour une ville plus verte. « Nous n’avons pas été assez ambi­tieux. Nous aurions dû faire un essai avec une suppres­sion totale du station­ne­ment. Il est néces­saire de voir la ville de demain en prenant en compte les enjeux envi­ron­ne­men­taux auxquels nous faisons face », explique-t-elle.

Par ailleurs, selon l’ex-adjointe, David Kimel­feld aurait changé de mode d’ac­tion depuis quelques mois, bascu­lant sur une poli­tique plus tiède et ména­geant la « la chèvre et le choux  ». «  À force de faire du “et en même temps”, on ne satis­fait personne.  »

 

Une déci­sion accen­tuée par le retour de Collomb

Et le retour de Gérard Collomb à Lyon ne fait que renfor­cer son choix. « Aujourd’­hui, je n’ai pas envie d’être élue dans la même majo­rité que lui. Son image n’est plus la même que lors des élec­tions muni­ci­pales de 2014. Depuis son passage au minis­tère de l’In­té­rieur, il est passé d’une posi­tion centriste à une posi­tion très droi­tière ».

Si elle quitte l’exé­cu­tif, Anne Mignotte gardera un siège de conseillère au 4e arron­dis­se­ment. Majo­rité ou oppo­si­tion ? « Je ne sais pas encore, hésite-t-elle. Mais a priori, c’est plus cohé­rent que je bascule dans l’op­po­si­tion. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *