Mon quartier au quotidien


Petite place de la Croix-Rousse : –20 % de chiffre d’af­faires pour certains commerçants

L’ex­pé­ri­men­ta­tion de réamé­na­ge­ment de la Petite place de la Croix-Rousse plombe-t-elle les commerces rive­rains ? Alors que la dernière phase de test vient de débu­ter*, plusieurs boutiques montent au créneau. Elles accusent une baisse de chiffre d’af­faires depuis le début de l’ex­pé­rience en juin. «  Envi­ron moins 18  %  », s’inquiète une commerçante.   « Jusqu’à moins 20 %  », pour une autre. Une boulan­gère fait le calcul en tapant sur sa caisse : alors qu’elle accueille jusqu’à 1 000 clients par jour en temps normal, elle en est aujourd’­hui à 839 en fin de jour­née et s’ap­prête à jeter une partie des inven­dus. En cause : la moitié des station­ne­ments de la place qui a été tempo­rai­re­ment suppri­mée.

«  Une rentrée catas­tro­phique  » La mairie du 4e mise sur le parking du Gros caillou, beau­coup moins utilisé en jour­née que la nuit. Des discus­sions sont en cours avec le gestion­naire pour déve­lop­per son utili­sa­tion. Mais les commerçants restent scep­tiques.  « Le parking du Gros caillou, c’est bien quand on veut passer du temps sur le Plateau, pas juste aller ache­ter une baguette et faire un saut à la bouche­rie ! Beau­coup de clients habitent Caluire et dans d’autres arron­dis­se­ments. Aujourd’­hui, ils nous disent très clai­re­ment qu’ils ne vien­dront plus. »

La Métro­pole, qui chapeaute l’ex­pé­rience, tempo­rise de poten­tielles baisses de chiffre d’af­faires en évoquant un effet «  période esti­vale   » :  « Atten­dons fin septembre. » Mais déjà, un vendeur évoque «  une rentrée catas­tro­phique   ». Et la touche d’hu­mour appor­tée par une troupe d’im­pro­vi­sa­tion lors des temps de concer­ta­tion ne fait pas rire tout le monde. « Des conne­ries ! », grogne un arti­san. «  Si ça conti­nue, on va faire une nouvelle révolte des Canuts.   » La petite place repren­dra son orga­ni­sa­tion d’ori­gine à la fin du mois, et les pronos­tics vont bon train. «  Si des places sont véri­ta­ble­ment suppri­mées in fine, imagi­nez-vous la galère pendant la Vogue ?  »

Romain Desgrand

* La dernière étape de l’ex­pé­ri­men­ta­tion propose notam­ment un marché du soir le mercredi de 17 h à 20 h jusqu’au 10  octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *