Mon quartier au quotidien


Isabelle Healy, l’art de la rési­lience

Artiste recon­nue, Isabelle Healy réside à la Croix-Rousse depuis 13 ans. C’est ici, dans son atelier, qu’elle imagine ses sculp­tures de bronze, toutes empruntes de légè­reté. La vie n’a pour­tant pas toujours été douce avec elle. Mais le souffle de joie qui l’ha­bite l’a constam­ment poussé à se rele­ver. Rencontre. 

Il va être diffi­cile de résu­mer les deux heures passer avec Isabelle, sous la verrière au fond de son jardin. Doit-on d’abord parler du lieu où elle nous accueille, un sublime oasis de quié­tude à deux pas de la Grande rue de la Croix-Rousse ? Faut-il ensuite se lancer dans la descrip­tion de ce person­nage solaire au regard océan et à la voix déli­ca­te­ment éraillée ? Ou plutôt dérou­ler son histoire trou­blante dont elle a su tirer force de vie ? Car, si elle refuse de “jouer les causettes”, Isabelle a traversé les tempêtes les plus violentes que l’on puisse imagi­ner : des parents “affec­ti­ve­ment défi­cients”, deux cancers et le deuil de deux enfants. “On dit que l’Homme se révèle dans l’épreuve. C’est vrai”, glisse-t-elle. Son timbre, toujours doux et posé, contraste avec la dureté de son récit. “Malgré tout, la vie est une chance”, pour­suit-elle. Et c’est cet opti­misme réjouis­sant, ce don de perce­voir la beauté dans la nuit, qu’elle cris­tal­lise en bronze, maté­riel symbole d’éter­nité, en sculp­tant des person­nages en équi­libre dans un mouve­ment heureux.

Vers une sculp­ture à Lyon ? D’abord initié à la pein­ture, son parcours l’amène en 2009 vers la sculp­ture en bronze. Elle est repé­rée lors d’une expo­si­tion que son mari l’en­cou­rage à orga­ni­ser ici-même, dans son jardin. Depuis, Isabelle s’est fait une belle place dans plusieurs gale­ries à travers la France et vend ses oeuvres aux quatre coins du globe. Son talent aurait même été repéré par des poli­tiques lyon­nais qui songe­raient à instal­ler l’une de ses créa­tions en ville.

Mais pour l’ins­tant, Isabelle peau­fine sa dernière réali­sa­tion, Huma­nity, une joyeuse ronde d’êtres humains. “L’un des person­nage sera recou­vert d’une feuille d’or”, souligne-t-elle. “Parce que nous sommes tous unique, précieux et que nous faisons partie d’un ensemble”. Dans un petit carnet qu’elle conserve précieu­se­ment au sein de son atelier, Isabelle a pris l’ha­bi­tude de noter des phrases déni­cher au fil de ses lectures. Elle nous en dévoile plusieurs. On en retira qu’une. « L’ar­tiste doit aimer la vie et nous montrer qu’elle est belle (Anatole France) ». Tout est dit.

Romain Desgrand

 

Bio Express

Née en 1967 à Paris, Isabelle qui a des origines irlan­daises, s’est instal­lée à Lyon en 2005

Ses influences : Camille Clau­del et Alberto Giaco­metti

isabel­le­healy.com

Son spot favori

Chez elle, “son cocon” qu’elle a elle-même réamé­nagé (elle a été déco­ra­trice d’in­té­rieur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *