Mon quartier au quotidien


Eise­nia veut déve­lop­per le lombri­com­pos­tage

15 juillet 2018

Le nom de l’as­so­cia­tion n’a pas été choisi au hasard. Eise­nia est un petit vers de terre qui dévore les déchets orga­niques (café, thé, éplu­chures, carton…) pour produire du lombri­com­post, l’« or noir » des jardi­niers. Le phéno­mène a le vent en poupe : huit instal­la­tions de lombri­co­pos­tage existent déjà dans le 1er, dont trois viennent tout juste d’être inau­gu­rées (place Belle­vue, jardin Ville­manzy et quai Jean-Moulin).

« Il y a égale­ment une forte demande des habi­tants du 4e  », explique Pierre Ulrich, anima­teur au sein d’Ei­se­nia. « C’est entre 25 % et 30 % du volume des poubelles qui peut ainsi être valo­risé en exté­rieur ou même en inté­rieur, ce système ne déga­geant pas de mauvaises odeurs ».

Au-delà de la réduc­tion des déchets, l’as­so­cia­tion veut aussi favo­ri­ser le lien social en rassem­blant les habi­tants autour d’un projet commun. Des perma­nences sont propo­sées les jeudis de 17 h à 20 h à la Maison de l’éco­no­mie circu­laire située jardin des Char­treux.

eise­nia.org

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *