Mon quartier au quotidien


Vanessa Rodat, la magi­cienne aux baguettes de verre

⁣10 juin 2018

En créant sa marque de bijoux, Vanessa Rodat, souf­fleuse et fileuse de verre au chalu­meau, a décidé de vivre de sa passion : faire rêver avec des créa­tions raffi­nées et élégantes. Rencontre.

Une musique jazzy, douce et nostal­gique, s’élève au coeur des Pentes. En se rappro­chant du point de rendez-vous, rue Burdeau, on comprend vite que cette mélo­die s’échappe de l’ate­lier de Vanessa. « Je travaille toujours en musique, ça m’aide à me concen­trer », explique-t-elle en nous accueillant. Elle baisse le volume et s’ins­talle dernière sa table de travail sur laquelle le chalu­meau flambe, proje­tant dans la pièce un fais­ceau de lumière bleue. 

Vanessa vient de termi­ner une semaine inten­sive durant laquelle elle s’est atte­lée à la créa­tion de nouvelles pièces qu’elle présente dans la boutique Chez Biche, rue Longue, et que vous trou­ve­rez aussi aux Folies Douces, montée de la Grande-Côte.

Matière impré­vi­sible. D’abord souf­fleuse de verre pour la concep­tion d’ins­tru­ments de labo­ra­toire, elle n’a pas résisté à l’ap­pel artis­tique qui l’ha­bi­tait depuis long­temps. «  J’ai grandi dans un univers où l’art était très présent. Ma mère aimait peintre et m’em­me­nait souvent au musée. J’ai toujours voulu faire quelque chose de mes mains. »  Ainsi lance-t-elle sa marque de bijoux Silly­cat Glass­blo­wer en début d’an­née.

Mais pourquoi le verre ? « J’aime le carac­tère impré­vi­sible de cette matière. Le verre est sensible, sa réac­tion varie en fonc­tion de l’in­ten­sité de la chaleur. » Tout en parlant, Vanessa se lance dans la confec­tion d’une boucle d’oreille de sa collec­tion Galaxie (photo). « Je risque de trem­bler, je n’aime pas travailler sous les regards », prévient-elle. Mais en l’ob­ser­vant incrus­ter déli­ca­te­ment une petite pierre d’opale dans le verre pour créer une nébu­leuse, on a l’im­pres­sion de se trou­ver face à une alchi­miste ou plutôt à « une magi­cienne aux baguettes de verre », comme elle aime se décrire. 

Une fois la créa­tion termi­née, Vanessa la glisse au four pour la soli­di­fier. Il faudra attendre quelques heures pour décou­vrir le rendu final. En atten­dant, l’ar­tiste planche déjà sur sa nouvelle collec­tion. « Je me renou­velle constam­ment, je n’aime pas la mono­to­nie ».

Romain Desgrand

 

 

 

 

 

 

 

Bio express

Vanessa à 33 ans. Elle pratique le Kung Fu et aime jouer de la guitare.

silly­cat-lasouf­fleu­se­de­verre.com

Son spot préféré

Le jardin des Plantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *