Mon quartier au quotidien


« Un Croix-Rous­sien, c’est quelqu’un qui aime puis­sance XXL »

18 mai 2018

Les comé­diens Gérald Rigaud et Jacques Douplat célèbrent la dixième saison de leurs Visites d’idées. Avec ces excur­sions rocam­bo­lesques, ils veulent ravi­ver l’âme du quar­tier. Toujours aussi imper­ti­nents et agités.

Au Bull café, place de la Croix-Rousse, Jacques (à droite sur la photo) se sent comme à la maison. Dès que l’on fran­chi la porte, il se lève, nous entraîne dans une petite salle à l’ar­rière du bar, discute au passage avec le serveur. « C’est un peu notre QG », avoue-t-il.

C’est ici que les deux comé­diens enfilent leur costume d’ou­vrier avant leurs Visites d’idées. C’est ici que tout a commencé. L’en­vie d’ins­tau­rer des balades comiques à la Croix-Rousse a germé sur la terrasse en 2008. Et le succès perdure. Les jours de forte affluence, plus d’une centaine de personnes, majo­ri­tai­re­ment des Croix-Rous­siens, suivent les deux « faux-guides ». Si Jacques, le clown, nous reçoit seul aujourd’­hui, c’est que Gérald, célèbre crieur public, vit désor­mais dans la forêt. Le genre d’en­droit où le télé­phone ne passe pas. Rassu­rez-vous : il revient en ville pour les visites. D’au­tant plus que l’an­née 2018 à une saveur parti­cu­lière. Pour marquer leur dizaine saison, les deux complices ont imaginé un parcours avec leurs sketchs favo­ris à travers le Plateau et les Pentes.

Lutte contre la sinis­trose. Propo­sées par Le minis­tère des rapports humains, une « petite asso­cia­tion qui n’est pas subven­tion­née et qui ne veut pas l’être », ces vadrouilles se veulent une alter­na­tive au repli sur soi et à « l’abru­tis­se­ment télé­vi­suel »« On désire aussi réin­tro­duire la culture croix-rous­sienne auprès du public », enchaîne Jacques. « Un Croix-Rous­sien, c’est quelqu’un qui a des envies et qui les assume, des folies et qui les réalise. Un Croix-Rous­sien, c’est quelqu’un qui aime puis­sance XXL. »

Pendant 2h, ils chantent, hurlent, inter­pellent les passants et les auto­mo­biles, se rient du monde poli­tique, dérangent parfois. L’es­pace public devient terrain de jeux. « On s’amuse avec ce que l’on rencontre dans la rue pour lutter contre la sinis­trose. L’idée est de montrer que ce n’est pas compliquer de voir la vie avec un regard décalé, et d’y trou­ver un peu de poésie et de fantai­sie. » Jacques marque une pause, s’étale sur la banquette et conclu en riant : « Les gens ont besoin de ça. On devrait être reconnu d’uti­lité publique ! ».

Romain Desgrand

 

Bio express

Gérald et Jacques ont « un peu plus de 40 ans ».  S’il sont tout deux origi­naires de Haute-Loire, c’est bien à Lyon qu’ils se sont rencon­trés.

Program­ma­tion 2018 sur minis­te­re­des­rap­port­shu­mains.com (prix libre)

Leur spot préféré

Le Bull Café, 24 place de la Croix-Rousse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *