Mon quartier au quotidien


Natha­lie Perrin-Gilbert “punit” deux de ses adjoints

18 mai 2018

Le feuille­ton se pour­suit. Depuis plusieurs mois, la mairie du 1er arron­dis­se­ment traverse une crise poli­tique cinglante, divi­sant la première édile, Natha­lie Perrin-Gilbert, et plusieurs des adjoints de la majo­rité.

Ces derniers dénoncent une gestion trop “perso” de leur chef. Après l’épi­sode “on tente de camou­fler le malaise”  sous un voile de commu­ni­ca­tion posi­tive lors de la présen­ta­tion du bilan mi-mandat en début de mois, les tensions ont refait surface, mercredi dernier en plein conseil d’ar­ron­dis­se­ment.

 

“Nous voilà punis publique­ment”

La séance a commencé d’em­blée par une inter­ven­tion de l’adjoint Jean-Pierre Bouchard (Manu­fac­ture de la Cité Lyon), démis­sion­naire du bureau du Gram, le Groupe de Réflexion et d’Ac­tion Métro­po­li­taine, co-fondé par NPG.

“Nous avons appris qu’ Arthur Remy (1er adjoint, absent au conseil de mercredi NDLR) et moi-même ne rappor­te­rons plus de dossiers lors des séances du conseil d’ar­ron­dis­se­ment, a-t-il lâché. Nous voilà donc punis publique­ment pour un temps qui ne nous a pas été précisé”. Ambiance.

Derrière cette déci­sion : le départ du groupe Lyon citoyenne et soli­daire1 d’Ar­thur Remy et la plainte en diffa­ma­tion dépo­sée par la maire à l’en­contre de Jean-Pierre Bouchard au sujet de propos tenus lors d’une confé­rence de presse.

« Nous consta­tons que vous tolé­rez la diver­sité dans votre majo­rité si elle exécute vos ordres, et que vous avez un verdict avant la justice », a pour­suivi l’adjoint. «  Nous ne sommes pas dupes de l’as­pect pure­ment provo­ca­teur de cet épisode. »

 

“Je ne voudrais pas mettre de l’huile sur le feu mais…”

Face à la riposte NPG a affi­ché un calme olym­pien. Dans l’at­tente de la déci­sion de justice , “je ne me voyais pas vous lais­ser présen­ter des déli­bé­ra­tions en mon nom”, a-t-elle répondu ajou­tant qu’elle atten­dait, par ailleurs, un éclair­cis­se­ment de la posi­tion d’Arthur Remy.

La mairie a regretté que la ques­tion soit abor­dée publique­ment en séance du conseil d’ar­ron­dis­se­ment préfé­rant les règle­ments de compte en interne. L’in­te­rac­tion a duré seule­ment quelques minutes, sous le regard baba des élus de l’op­po­si­tion.

“Je ne voudrais pas mettre de l’huile sur le feu mais dans la mesure où l’on exter­na­lise au grand public un certain nombre d’élé­ments, peut-on avoir des préci­sions, sans évide­ment laver le linge sale en public ?”, a inter­rogé Odile Belinga, conseillère de l’op­po­si­tion, au sujet de la procé­dure en diffa­ma­tion.

J’ai dû me défendre suite a un propos en parti­cu­lier tenu à mon égard et qui dépassé large­ment le débat poli­tique. Pour le reste, j’ai l’ha­bi­tude. Je commence, hélas, a avoir une certaine cuirasse “, a précisé NPG, fermant le dossier.

Suite au prochain épisode ? Les élus doivent se suppor­ter jusqu’aux futures élec­tions muni­ci­pales en 2020. Deux ans, ça peut être long…

Romain Desgrand

1 groupe de la maire Natha­lie Perrin-Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *