Mon quartier au quotidien


Bais­ser de rideau pour l’Es­pace 44 ?

«  Menacé de ferme­ture par manque de moyens, l’Es­pace 44 affiche pour­tant complet tous les soirs, avec plus de 7 000 spec­ta­teurs à l’an­née et un équi­libre finan­cier main­tenu  », s’in­surge André Sanfra­tello, le direc­teur de ce théâtre des Pentes depuis 1986. En effet, aux restric­tions de subven­tions subies depuis 2012 s’ajoute aujourd’­hui une attaque contre le monde asso­cia­tif par le gel brutal des emplois aidés et leur dispa­ri­tion program­mée. « Une double peine pour notre mission d’ac­com­pa­gne­ment des comé­diens et d’ac­teur cultu­rel  », déclame-t-il. «  Scènes décou­vertes » depuis plus de 15 ans, l’Es­pace 44 s’ef­force d’ap­por­ter aux jeunes compa­gnies program­mées, un soutien tech­nique, admi­nis­tra­tif et artis­tique.

S’il est encore trop tôt pour mesu­rer l’am­pleur des dégâts que la suppres­sion des emplois aidés va occa­sion­ner, pour l’équipe du théâtre les consé­quences ne se sont pas faites attendre. Ampu­tée d’une partie de son person­nel, « plus que trois personnes au lieu de six  », retour­née à la case chômage du jour au lende­main, André Sanfra­tello explique : «  Nous pouvons diffi­ci­le­ment assis­ter profes­sion­nel­le­ment et tech­nique­ment les compa­gnies accueillies et essayons néan­moins d’as­su­rer cette saison dans des condi­tions acro­ba­tiques, tota­le­ment inte­nables à long terme.  » Une aber­ra­tion. «  Alors que l’État finance les écoles de théâtre, il coupe les subven­tions des théâtres comme le nôtre. Qui va accueillir ces jeunes comé­diens et leur permettre d’exer­cer leur métier ? Sûre­ment pas les grandes scènes  », pour­suit-il. Si le théâtre est en péril avec la «  mort prévi­sible des petits espaces cultu­rels », c’est toute une profes­sion qui est en train de jouer son dernier acte.

44 rue Burdeau. 04 78 39 79 71.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *