Mon quartier au quotidien


Fifi du Calvaire sème « le bazar du genre »

On ne sait pas trop à quoi s’at­tendre en rencon­trant Romain Giraud. D’ailleurs, faut-il l’ap­pe­ler «  Romain » ou «  Fifi du Calvaire », son nom de scène ? Faut-il dire « il » ou « elle » ?  Samedi  31 mars, cette drag-queen croix-rous­sienne inter­vien­dra au Lavoir Public, 4 impasse Fles­selles, pour une « boom » desti­née aux enfants à partir de trois ans. La porte s’ouvre sur son appar­te­ment de la rue Belfort. Sports­wear et barbe four­nie. Partons pour « Romain ».

Dans son antre, rien ne laisse penser que ce produc­teur artis­tique dans la publi­cité « fait la trave­lote », comme il s’amuse lui-même à le dire. Rien, sauf une grosse malle à trois étages offerte par ses parents à Noël. À l’in­té­rieur : strass, perruques, cuis­sar­des… La trans­for­ma­tion prend envi­ron trois heures. «  Je ne masque pas ma mascu­li­nité, explique-t-il, je fais le bazar du genre. » De fait, bijoux et paillettes se marient avec sa voix grave et son torse poilu. Quand Romain est Fifi, « le mascu­lin et le fémi­nin n’ont plus de sens  ».

Depuis trois ans, il fait partie de l’équipe orga­ni­sa­trice de « Garçon Sauvage », une soirée débri­dée des nuits lyon­naises qui agite Le Sucre tous les deux mois à guichets fermés. Si le flou des genres l’amuse, Romain cherche aussi à inter­ro­ger nos repré­sen­ta­tions et à bous­cu­ler les menta­li­tés. C’est dans cette optique qu’il sera présent samedi au Lavoir, de 14 h à 18 h, avec au programme lecture de conte, show, atelier maquilla­ge… «  Les enfants n’ont pas d’a priori. C’est une belle occa­sion pour les sensi­bi­li­ser au fémi­nisme, à l’éga­lité femmes/hommes et aux diffé­rentes sexua­li­tés. La construc­tion du genre est une ques­tion d’édu­ca­tion. »

Pour aller plus loin, il vient de lancer avec huit compères le collec­tif Dragones. Objec­tif : faire sortir les drag-queens de l’uni­vers club­bing notam­ment au travers de sketchs caus­tiques et colo­rés. En avril, Fifi fera même une appa­ri­tion dans La Gaule d’An­toine, émis­sion déca­lée d’An­toine de Caunes sur Canal +. Et pour la suite ? Les projets fusent. On ne sait pas trop à quoi s’at­tendre avec Romain.

 

Bio Express

Nais­sance de Romain Giraud à Marseille en 1988. Arri­vée à Lyon en 2015. Cofon­da­tion du collec­tif Dragones en 2018.

Son spot favori 

Drôle de Zébre, 6 rue de Cuire, pour la simpli­cité du lieu et l’ac­cueil chaleu­reux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *