Mon quartier au quotidien


Karine Sigis­car : « les chambres d’hôtes peuvent avoir une âme »

C’est dans une maison d’hôtes des Pyré­nées que Karine Sigis­car a la révé­la­tion. « Ce couple et leur enfant avaient, pour moi, un fonc­tion­ne­ment de vie idéal. Et je voulais le repro­duire à l’iden­tique à la Croix-Rousse.  » Trois années de gesta­tion ont été néces­saires pour passer de l’idée à l’ou­ver­ture. « Cette envie de maison d’hôtes à Lyon était avant tout un projet fami­lial. Créer un lieu qui soit vrai­ment chez nous en propo­sant le confort d’un hôtel à la maison  », ajoute-t-elle comme une profes­sion de foi.

C’est en bas des Pentes, rue René-Leynaud, que Karine ouvre en 2006 les portes de Nos Chambres en Ville, au fond d’une mira­boule, dans un bâti­ment de 1750, face à l’an­cienne annexe de l’Hô­tel de la Monnaie. Après avoir frappé au heur­toir juché sur la solide porte en fer, on entre dans un appar­te­ment canut avec pierres appa­rentes, ferron­ne­rie sous un haut plafond à la française. Une voûte entiè­re­ment restau­rée déli­mite l’es­pace chambres de celui de la petite famille.

Enclave privi­lé­giée. Ici, le temps s’est arrêté et file au gré des saisons et des petits déj’ que l’hôte offre à ses invi­tés. « Certains reviennent d’une année sur l’autre pour mes confi­tures et gâteaux faits maison », sourit-elle. Bien consciente que si ce petit écrin à la déco­ra­tion fine­ment cise­lée, au cœur du quar­tier Unesco de Lyon, est, en termes touris­tique, « un produit de grande qualité  », elle préfère évoquer « l’âme et l’es­prit des lieux ».

Et la concur­rence ? « En 2006, nous n’étions que cinq ou six chambres d’hôtes sur Lyon et j’étais la première sur les Pentes. Depuis, l’offre a consi­dé­ra­ble­ment augmenté. Avec 40 chambres d’hôtes sur la ville, de nombreux hôtels qui proposent des formules complè­te­ment repen­sées, les sites de loca­tion de meublés, chacun connaît une baisse de fréquen­ta­tion face à cette redis­tri­bu­tion des cartes. Il faudra juste s’adap­ter. Mais chan­ger, n’y comp­tez pas. Ou en mieux  », conclut-elle. T.R.

BIO EXPRESS
Née en 1969 à Grenoble, Karine Sigis­car travaille comme graphiste publi­ci­taire à Lyon, 15 ans durant, avant de
succom­ber au charme de cet atelier du XVIIIe qu’elle trans­for­mera en chambre d’hôtes.

Nos Chambres en Ville
12, rue René-Leynaud, Lyon 1er.
chambres-a-lyon.com

SPOT PRÉFÉRÉ
La boutique
« Les Auda­cieuses »,
21 rue René-Leynaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *