Mon quartier au quotidien


Le droit au répit : le combat de l’as­so­cia­tion TFA

Sa nièce Thelma est décé­dée à 16 ans lors d’un séjour scolaire à la montagne. « Sa mort a été très média­ti­sée, beau­coup de personnes se sont mobi­li­sées, explique Marie Lextrait (photo). Avec sa maman, nous nous sommes dit : “ Nous devons faire en sorte qu’elle reste présente aux côtés de sa petite sœur Anna, qui souffre de troubles du spectre autis­tique. ” La semaine suivante, nous avons lancé l’as­so­cia­tion Thelma For Anna (TFA).

Très vite, nous avons su que nous voulions travailler autour du répit. Un enfant souf­frant d’un handi­cap mental demande une atten­tion de tous les instants. Thelma, qui avait su créer une rela­tion privi­lé­giée avec sa petite sœur, appor­tait récon­fort et répit à ses parents. » Ainsi, l’as­so­cia­tion propose un service d’aide à domi­cile pour que les familles puissent confier leur enfant trois à six heures par semaine. « À terme, nous aime­rions créer une maison du répit pour accueillir les familles et dupliquer le modèle de notre asso­cia­tion dans d’autres villes. »

Contact : tfa-repit.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *