Mon quartier au quotidien


Les soldes remis en ques­tion ?

Peu voire pas de clients dans les boutiques en ce début de soldes à la Croix-Rousse. Désaf­fec­tion des consom­ma­teurs ? Pour rappel, les soldes d’hi­ver 2017 ont été déce­vants. 75,2 % des Français se sont dépla­cés, soit
4,4 points de moins que durant la même période 2016.

À l’heure où la secré­taire d’État à l’Éco­no­mie annonce vouloir réduire leur durée de six à quatre semaines à partir de 2019 et redon­ner un coup de fouet à l’évé­ne­ment, les commerçants s’in­ter­rogent. « Un écran de fumée », soupire la respon­sable de la boutique Kritik. « Conser­vons les six semaines. Le mot « soldes » fait encore vendre », commente un autre commerçant. Si les avis sur cette mesure divergent, tous s’ac­cordent à penser qu’elle n’ap­puie pas là où le bât blesse. « La caco­pho­nie ambiante est engen­drée par une succes­sion de ventes privées, Black Friday et soldes flot­tants qui font couler le petit commerce. Il faut repen­ser et régle­men­ter les dates des soldes, enca­drer les remises affi­chées et contrô­ler ferme­ment l’e-commerce », résume Antoine Loureiro, gérant de la boutique Tacoa.

Si l’e-commerce et promo­tions à l’an­née sont dési­gnés comme les respon­sables, c’est avant tout la déré­gle­men­ta­tion du système qui profite aux grandes enseignes qui fait peur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *