Mon quartier au quotidien


Des mammouths dans les Pentes

Depuis plus d’un an main­te­nant, le street artist amateur Lasco rend hommage aux animaux préhis­to­riques des plus célèbres grottes de France sur les murs de Lyon. Place Colbert (photo), sur la montée Soulary, rue Louis-Théve­net, ou encore rue de Cuire. Ils n’ont pas été taillés dans la pierre, mais ont pris forme avec un pochoir et quelques coups de bombe.

Un rendu réaliste

Les connais­sances anato­miques de l’époque sont respec­tées, les teintes des pigments utili­sés repro­duites, et les murs choi­sis abîmés pour un rendu des plus réalistes. L’objec­tif pour Lasco – qui souhaite garder son anony­mat – : « vulga­ri­ser l’art parié­tal ». Une démarche qui met en lumière le para­doxe entre une pratique parfois péna­li­sée et la conser­va­tion des œuvres préhis­to­riques qui ne sont autres, pour Lasco, que
« l’ori­gine du graf­fiti ». Mais contrai­re­ment à ce patri­moine vieux de trois millions d’an­nées, les œuvres de Lasco, elles, n’en restent pas moins éphé­mères. Toute­fois, leur passage sur Terre aura été immor­ta­lisé sur son compte Insta­gram (@lasco_69) qui compte déjà plus de 1 600 abon­nés.

Mélany Marfella

2 commentaires

  1. Betty says:

    J’y crois pas 😳

  2. Betty says:

    Tu es tombé amoureux 😏

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *