Mon quartier au quotidien


La folie du cowor­king à la Croix-Rousse

Depuis la créa­tion de l’Ate­lier des Médias en 2010, les espaces de cowor­king se multi­plient. Sur le plateau de la Croix-Rousse et dans les pentes, on en compte désor­mais une ving­taine. « Imagi­nés pour rompre la soli­tude et la préca­rité des travailleurs indé­pen­dants, les espaces de cowor­king sont créa­teurs de lien social, de soli­da­ri­tés et de syner­gies. », selon Fabien Collini, l’un des cofon­da­teurs de L’Ate­lier des Médias, alors premier espace du genre à voir le jour à Lyon.

Pas de simples bureaux parta­gés

Et pour cause, ces tiers-lieux ne se résument pas à de simples bureaux parta­gés. Une diffé­rence à laquelle tiennent Yasmina et Johann Milani à la tête du Sofffa. Eux parlent volon­tiers d’« écosys­tèmes inspi­rants et créa­tifs » où des personnes de tous milieux inter­agissent entre elles.

À la Croix-Rousse ils affichent tous complet.

Pouvant accueillir de 10 à 60 personnes en open space ou dans des bureaux atti­trés avec des horaires flexibles (allant parfois jusqu’à un accès 7j/7 et 24 h/24), ces alter­na­tives aux bureaux tradi­tion­nels attirent des profils de plus en plus diver­si­fiés. Au point que le café-gale­rie Rakwé opte pour une formule tota­le­ment gratuite. L’objec­tif, « rendre acces­sible le cowor­king à tous ». Seules la vente de bois­sons chaudes, de pâtis­se­ries et la priva­ti­sa­tion du lieu permettent alors de finan­cer l’es­pace. Diffi­cile d’ob­te­nir le chiffre d’af­faires de ces lieux hybrides, qui affirment pour­tant être aussi rentables que viables. Une chose est sûre c’est qu’à La Cordée ou à L’Igloo, le modèle écono­mique repose essen­tiel­le­ment sur la loca­tion des bureaux fixes et la comp­ta­bi­li­sa­tion du temps de travail des cowor­kers  nomades. Les tarifs vont de 2 à 5 € l’heure pour ces derniers et de 140 à 300 € par mois pour les cowor­kers perma­nents. Noyau de leurs espaces, leur commu­nauté se veut colla­bo­ra­tive. Mutua­li­sa­tion des contacts, partage de connais­sances, créa­tion de projets communs, pour mieux répondre aux besoins de leurs cowor­kers, de plus en plus de cowor­kings se donnent une théma­tique géné­rale. La gastro­no­mie pour La Food Factory, l’en­vi­ron­ne­ment pour l’Éco­wor­king, les médias, la commu­ni­ca­tion et le web pour L’Ate­lier des Médias.

Mélany Marfella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *