Mon quartier au quotidien


Un habi­tat groupé et coopé­ra­tif

Le permis de construire est sur le point d’être signé pour le premier immeuble parti­ci­pa­tif de la Croix-Rousse, rue Philippe-de-la-Salle (livrai­son prévue fin 2019).

En appa­rence, ce sera un immeuble d’ha­bi­ta­tion de cinq étages comme les autres. Mais, avec ses cour­sives conçues pour que les habi­tants puissent se croi­ser, sa buan­de­rie, sa salle des fêtes, sa chambre d’amis, son jardin et son pota­ger commun, le Cairn est un projet atypique. Porté et conçu par des habi­tants du quar­tier, il s’agit du premier habi­tat groupé et coopé­ra­tif créé sur le Plateau. Un projet écolo­gique voulant favo­ri­ser le vivre ensemble, la mixité sociale et lutter contre la spécu­la­tion immo­bi­lière.

Il aura fallu une décen­nie pour que le rêve d’une bande de copains devienne réalité. « Nous étions alors huit ménages à déplo­rer la hausse des loyers et des prix de l’im­mo­bi­lier. Nous avions entendu parler du Village Verti­cal, un habi­tat coopé­ra­tif à Villeur­banne. On s’est dit qu’on pouvait faire de même à la Croix-Rousse », raconte Séve­rine Puel, une des fonda­trices de l’as­so­cia­tion Groupe du 4 mars 2009, date du début de l’aven­ture. Les coopé­rants se mettent alors en quête d’un terrain durant plusieurs années avant de convaincre le maire du 4e, David Kimel­feld, de l’in­té­rêt du projet. Ce dernier leur propose en 2013 une friche de 1 700 m2 face au cime­tière. L’as­so­cia­tion croise ensuite le bailleur social Alliade Habi­tat. Ce terrain appar­te­nant à la Métro­pole va prochai­ne­ment être cédé au bailleur, qui va y bâtir 11 loge­ments sociaux et les 13 appar­te­ments de la coopé­ra­tive. « Notre coopé­ra­tive achè­tera l’im­meuble à Alliade grâce à nos apports respec­tifs et un emprunt bancaire, garanti par le bailleur et les collec­ti­vi­tés. Les 13 familles seront loca­taires de la coopé­ra­tive  », explique Loic Rigaud, un des derniers arri­vés dans le Groupe. Coût pour la coopé­ra­tive : 2,5 millions d’eu­ros, soit envi­ron 200 000 euros en moyenne par loge­ment. Les appar­te­ments de 50 à 80 m2, du T2 au T4, seront loués entre 600 et 1 000 euros par mois, un prix infé­rieur à celui du marché. « Mais les loyers n’aug­men­te­ront pas dans le temps  ».

Et ici pas de spécu­la­tion. Celui qui quitte l’im­meuble et la coopé­ra­tive ne récu­pè­rera que son apport. Et le nouvel arri­vant devra s’ac­quit­ter de la même somme. Les 13 futurs occu­pants espèrent que leur aven­ture en inspi­rera d’autres. « C’est un modèle faci­le­ment repro­duc­tible », souligne Loïc Rigaud.

Frédé­ric Crou­zet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *