Mon quartier au quotidien


La Croix-Rousse en Solex

Cela fait huit ans main­te­nant qu’Arnaud Davier promène touristes et Lyon­nais à Solex dans les rues de la ville. «  À la belle saison, il m’ar­rive d’or­ga­ni­ser trois à quatre balades par jour le week-end », explique le fonda­teur du Brélon de Lyon, dont l’ate­lier de la rue Burdeau ne compte pas moins d’une cinquan­taine de ces deux-roues mythiques. «  La balade dure soit 1 h 30 soit 2 h, cela dépend. On descend en Presqu’île, on traverse direc­tion Saint-Georges et on remonte les Pentes vers le Plateau », explique le méca­ni­cien passionné de 43 ans.

Ses clients ? Ils sont lyon­nais, pari­siens ou étran­gers. «  Beau­coup de Suisses, de Belges et d’Al­le­mands. J’ai même eu un groupe d’Aus­tra­liens », se souvient le commer­cial export de forma­tion. Il observe depuis un an ou deux une nouvelle tendance : «  J’ai de plus en plus souvent des entre­prises qui me solli­citent pour des balades de type team buil­ding. Celles-ci s’or­ga­nisent en semaine. Depuis le début du prin­temps, j’en ai orga­nisé cinq ou six ». La balade d’1 h 30 coûte 35 €, celle de 2 h, 45 €.

Le reste de son temps, Arnaud Davier le consacre à la répa­ra­tion des Solex et des moby­lettes et à la vente des fameux deux- roues. «  Pour un Solex remis au goût du jour et entiè­re­ment préparé, il faut comp­ter entre 600 et 800 € », précise-t-il. Sans oublier de glis­ser que sa démarche se veut aussi écolo. « Avec un plein d’1,5 litre, on parcourt 80 km ! Et je n’uti­lise que de l’huile bio locale pour le mélange ».

T.C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *