Mon quartier au quotidien


Pas si cher que ça le Monop’ du Plateau

Rien de tel qu’une petite enquête pour en avoir le cœur net. Comme le pensent une bonne partie des Croix-Rous­siens que nous avons inter­ro­gés, le Mono­prix de la rue de Cuire est-il si prohi­bi­tif que cela en termes de prix ? S’agit-il d’une simple rumeur ? D’une vérité incon­tes­table ou d’une légende urbaine ? Est-il, oui ou non, le Mono­prix le plus cher de la ville ? Et si oui, dans quelles propor­tions ? Pour en avoir le cœur net, donc, nous avons comparé les prix pratiqués sur une tren­taine de produits de consom­ma­tion courante par le Mono­prix du Plateau, celui des Corde­liers, celui de Vaise, et celui du centre commer­cial de la Part-Dieu. Bois­sons, produits de beauté ou d’en­tre­tien et bien entendu alimen­ta­tion, notre picking inté­grait par ailleurs grandes marques et produits Mono­prix (lire ci-dessous).

Conclu­sion : le Mono­prix du Plateau est bien le plus cher des quatre. Mais cela dans des propor­tions trop peu signi­fi­ca­tives pour poin­ter du doigt l’éta­blis­se­ment dirigé par Salva­tore Cris­cito et lui coller l’étiquette « hors de prix » que lui attri­buaient volon­tiers 70% des personnes inter­ro­gées. « L’image de cherté de l’en­seigne Mono­prix nous revient très souvent en écho », indique le service commu­ni­ca­tion du super­mar­ché. « Pour­tant, les faits démontrent souvent le contraire.  » Soit.

Nous avons solli­cité Sala­va­tore Cris­cito pour lui soumettre les résul­tats de notre enquête et pour savoir s’il avait conscience de l’idée que les Croix-Rous­siens se faisaient de son établis­se­ment. Désolé, il nous a signalé ne pas être « auto­risé à parler à la presse  ». Dommage. Nous aurions pu commen­ter avec lui ce qui s’avère une légende urbaine. Parler poli­tique de prix. Et donner à lire ses propos à ses clients, qui sont les seuls des quatre Mono­prix cités à pouvoir ache­ter sur place notre hebdo­ma­daire.

Si chère pâte à tarti­ner

Jus de fruits, essuie-tout, sham­poing, steaks hachés, jambon, vin, pâtes à tarti­ner ou chips, notre enquête, réali­sée à quatre mains entre le 14 et le 20 mars dernier, a porté sur 32 produits de consom­ma­tion courante, de grandes marques ou de marque distri­bu­teur, dans les Mono­prix Croix-Rousse, Vaise, Part-Dieu et Corde­liers.

Le moins cher des quatre est celui de Part-Dieu (-7,47% par rapport au Mono­prix Croix-Rousse). Puis vient celui de Vaise (-3,91%) et enfin celui de Corde­liers (-3,47%). Soit des diffé­rences rela­ti­ve­ment peu signi­fi­ca­tives qui viennent contre­dire l’idée reçue selon laquelle le Mono­prix du Plateau est tout simple­ment hors de prix (lire ci-dessus).

Nous mettons cepen­dant en garde ceux qui se nour­ri­raient exclu­si­ve­ment de chips Lays nature (300g) et de Nutella (750g). Ici les écarts de prix sont abys­saux : respec­ti­ve­ment + 42,32% et +28,38% entre le Mono­prix Croix-Rousse et ceux de Part-Dieu et Vaise.

« Les prix sont fixés de manière algo­rith­mique à partir de critères tels que la zone de chalan­dise, la concur­rence ou encore la socio­lo­gie du quar­tier  », indique le service commu­ni­ca­tion de l’en­seigne. Soit. Il faut de toute façon bannir l’huile de palme de notre alimen­ta­tion…

TC et FR.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *