Mon quartier au quotidien


Le petit train touris­tique pris en otage par des clowns zoophobes

« La Croix-Rousse, c’est pas un zoo ! » Quarante ans après le fameux « La Croix-Rousse n’est pas à vendre », les « gauchos, les précaires et les assis­tés  » des Pentes, comme se quali­fient ironique­ment les membres du collec­tif Wonder­full World Company, qui ont bloqué samedi 18 février le petit train touris­tique de la Croix-Rousse, n’ont pas changé de discours. Il faut néan­moins leur recon­naître un certain talent dans l’art du «  happe­ning ». Une opéra­tion montée en deux temps.

Vendredi 17, le W.W.C colle un peu partout un cour­rier à entête de la Mairie centrale annonçant que les habi­tants du 1er sont invi­tés à 14h15 samedi 18 février pour un tour de train gratuit en présence de Nicole Gay, une adjointe de Gérard Collomb. L’in­for­ma­tion est ensuite publiée par Le Progrès, qui oublie de la véri­fier. C’était un «  fake ».

A 14h place Louis Pradel, une tren­taine de Lyon­nais munis d’un justi­fi­ca­tif de domi­cile se présente pour le départ. Aler­tés, Natha­lie Rivoire et Olivier Michel, les exploi­tants du petit train, sont sur place et tentent de calmer quelques mécon­tents. Ceux qui ont décidé d’em­barquer tout de même béné­fi­cient d’un tarif réduit.

A 14h15, le petit train s’élance. 300m plus loin, au niveau de la rue Sainte-Cathe­rine, débute l’opé­ra­tion escar­got des mili­tants du W.W.C. Ils sont une ving­taine, ont la tren­taine, certains ont des enfants sur les épaules. Dégui­sés en clowns ils scandent « La Croix-Rousse c’est pas un zoo ! » et distri­buent un tract inti­tulé «  Oui-Oui City Tram. » Ils dévi­sagent, moqueurs mais cour­tois, les passa­gers. Pour le coup, ce sont les touristes qui ont l’im­pres­sion d’être au zoo. Mais côté cage.

Genti­ment dispersé par les motards de la Police Natio­nale, le collec­tif cesse son blocage au bout de 45mn. Etre consulté par la Mairie centrale en amont de la réali­sa­tion des projets sur les Pentes, voilà ce que réclament les mili­tants. Ils terminent leur happe­ning place Satho­nay, en promet­tant de renou­ve­ler l’opé­ra­tion samedi 4 mars.

Thomas Char­ron­dière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *