Mon quartier au quotidien


Studio Panama, le nouveau lieu bran­ché de la séri­gra­phie

On dirait un peu la caverne d’Ali Baba. Entre un mannequin sur un tricycle argenté à l’en­trée, une fausse pelouse, des expo­si­tions, un plafond peint et des portants pour vendre des créa­tions textiles, le Studio Panama est un grand fourre-tout. « c’est exac­te­ment ce que je recherche. Un lieu vivant, chaleu­reux qui propose plusieurs acti­vi­tés  » affirme David Proux, le patron de Studio Panama, une entre­prise de commu­ni­ca­tion spécia­li­sée dans la séri­gra­phie, qui vient de s’ins­tal­ler rue Burdeau, en face du Bec de Jazz. Encore en travaux, le local ouvrira ses portes début février.

Auto­di­dacte

Sorti de l’École des Beaux-Arts il y a quelques années, David Proux se forme tout seul à la séri­gra­phie en lisant des livres et en pratiquant dans son appar­te­ment. « j’ai commencé par impri­mer mes propres T-shirts, mes bouquins. À la base, je suis spécia­lisé dans la commu­ni­ca­tion et l’iden­tité visuelle, alors j’ai tout de suite proposé de la séri­gra­phie aux clients, car la qualité d’im­pres­sion est excep­tion­nelle. Ensuite j’ai créé mes micros-collec­tions ». Grâce au succès de son acti­vité, il a réussi à s’of­frir un local sur les Pentes. « Il y a quatre mois, quand j’ai trouvé celui-là, dans la rue Burdeau, qui reste la rue de la séri­gra­phie à Lyon, je n’ai pas hésité ». Restait à trou­ver un nom à la boutique. « Au départ je voulais l’ap­pe­ler Panama Papers, comme l’af­faire de fraude qui a fait tant de bruit. Mais je ne voulais pas faire trop engagé, alors j’ai un peu lissé avec Studio Panama », confie-t-il.

Les Pentes, nouveau terrain de jeu

À peine arrivé dans le quar­tier, David Proux fait tout pour s’in­té­grer au mieux. « j’ha­bite à Villeur­banne mais je passe beau­coup plus de temps ici que chez moi. j’adore le quar­tier, mais c’est encore trop cher pour moi d’ha­bi­ter ici  », confie-t-il, comme beau­coup d’autres chefs d’entre- prises instal­lés dans les Pentes. David Proux n’a pas pu échap­per à Raclettes Party, le collec­tif de séri­gra­phie très présent à la Croix- Rousse, mené par Papyart. « Dès que les travaux seront finis, je vais en faire partie. Ce sera l’oc­ca­sion de parti­ci­per à la Rue de la séri­gra­phie en avril. Comme je propose aussi des ateliers de séri­gra­phie, c’est encore mieux  ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *