Mon quartier au quotidien


Collège Truf­faut : David Kimel­feld rassure les rive­rains

Samedi dernier, l’as­so­cia­tion « Envi­ron­ne­ment Morel » a réuni les rive­rains du collège Truf­faut ainsi que David Kimel­feld, vice-président à la Métro­pole, pour échan­ger sur l’ave­nir du bâti­ment. La séance s’est tenue sur la place, devant le collège, l’ac­cès au bâti­ment ayant été refusé par la Métro­pole pour des raisons de sécu­rité. David Kimel­feld a tenté de rassu­rer la tren­taine de rive­rains, à une semaine de la date limite de dépôt des projets de réha­bi­li­ta­tion du bâti­ment. Pour ce faire, il a affirmé le désir de la Métro­pole « de garder une main mise sur ce lieu » et de ne pas le céder au secteur privé. Un point qui n’a pas tout à fait convaincu l’as­so­cia­tion : « Nous gardons un point de vigi­lance à ce sujet, rien n’est encore signé » insiste Jean-François Gonnet, le président d’En­vi­ron­ne­ment Morel.

Des projets tour­nés vers la jeunesse

En ce qui concerne les projets, l’an­cien collège Truf­faut se trans­for­mera comme prévu en loge­ments étudiants et en auberge de jeunesse. « Notre choix s’orien­tera sûre­ment vers un bailleur comme le Crous, avec un bail longue durée d’une cinquan­taine d’an­nées », a expliqué David Kimel­feld. Néan­mois, l’ave­nir de la cour et du premier étage du collège reste flou pour les rive­rains, qui aime­raient « que le lieu reste ouvert au public et qu?il favo­rise la créa­tion d’ac­ti­vi­tés cultu­relles ou en faveur de l’éco­no­mie sociale et soli­daire ». Mais rien n’est encore acté et l’ave­nir de cette cour sera révélé, comme pour le reste du collège, à l’été 2017. H.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *