Mon quartier au quotidien


Fou de Vincent au Théâtre de la Croix-Rousse

Quel comé­dien oserait entrer sur scène avec la voix off de Margue­rite Duras envoyant bala­der son inter­lo­cu­teur à la ques­tion « Qui êtes-vous », avant de racon­ter sa vie ? Passant allè­gre­ment de Céline à Muriel Robin, de Jean-Luc Lagarce à une vendeuse de jouets bien éner­vée, bien déci­dée à ne pas vendre de bataille navale « parce que la guerre, ce n’est pas un jeu », Vincent Dedienne ose tout : parler de lui comme un roman qui s’in­vente sur scène, filmer ses parents à la campagne en plan fixe autour d’une miche de pain ou incar­ner une vieille dame qui perd la boule avec la folie conta­gieuse des grands loufoques. Il a l’hu­mi­lité d’un amuseur au grand sourire accueillant, mais pose la ques­tion de l’in­ti­mité sur une scène avec la même profon­deur qu’un écri­vain, jusqu’à rejouer une scène de rupture déchi­rante.

Formé à l’in­dis­pen­sable école de la Comé­die de Saint-Étienne, mais rêvant depuis tout petit de faire comme Muriel Robin, il fait sauter les fron­tières entre théâtre et café-théâtre, notam­ment dans un sketch hila­rant sur une fausse master class pour apprendre le souffle du grand acteur de « théâââtre ». Avec la même auto­dé­ri­sion qu’un Michel Fau. Ses talons aiguilles déjà posés sur la scène quand il fait son entrée, il se joue des genres, des âges, de la rura­lité et de la ville, pour mettre en scène sa vie comme une auto­fic­tion, sur les traces d’un Hervé Guibert dont les écrits avaient été déter­mi­nants dans son parcours. Il a l’élé­gance de rire avant tout des choses graves. c’est sans doute ce qui confère au comique digres­sif de ce petit frère de François Rolin une qualité d’émo­tion proche du mélo. « Plutôt homo­sexuel  », il peut s’amu­ser du fist au coin d’une phrase en gardant la bonho­mie et l’air de ne pas y toucher d’une Jacque­line Maillan. Fémi­nin, mascu­lin, jeune ou vieux, il a le talent fou de pouvoir tout jouer en essayant de rester lui-même le plus honnê­te­ment du monde. Inac­tuel, inclas­sable.

Vincent Dedienne
Du 29 septembre au 1er octobre au Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e.
De 5 à 26€.
À 20h les 29 et 30 septembre, à 19h30 le 1er octobre.
http:// www.croix-rousse.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *